Maxi Flash Maxi Flash sur Facebook Flux RSS


Vikings dans l’âme


Dans les champs de Herrlisheim, à l’endroit même où les plus grands peuples se sont croisés et affrontés, une troupe de passionnés a décidé de revivre l’Histoire. 

 

Rencontre inattendue au milieu des champs, le village de Vindheim semble tout droit sorti d’un livre d’histoire. Pourtant, il s’agit d’une aventure bien réelle pour les 35 passionnés de l’association “Guerres Historiques”. 

 

Tout a commencé en 2004, sur une idée d’Adalrick, grand amateur de l’époque viking. Plus qu’étudier la période, il avait depuis longtemps l’idée de vivre l’Histoire de l’intérieur pour comprendre qui était réellement ce peuple légendaire. 

 

Associé à 3 autres passionnés, il s’est lancé dans la création de son association puis dans la construction d’un véritable village de l’an 1000, qu’il a nommé Vindheim. Un lieu qui porte bien son nom, en référence au vent froid qui y souffle l’hiver. Construction des maisons, d’outils … 

Au village, tout est fait à la force des bras, selon l’art de l’époque. Des techniques qui montrent l’étendue du savoir-faire viking et l’occasion de rompre le cou aux idées reçues.   

  

Des guerriers sanguinaires ? 

A cette question, Adalrick, répond : « C’est une idée reçue. Ils étaient certainement les plus grands navigateurs, les meilleurs orfèvres et d’excellents commerçants. On a retrouvé des traces des Vikings dans le monde entier, jusqu’à Istanbul ! » Leur réputation vient peut-être, et non tout à fait à tort, de l’époque des raids qu’ils menaient pour s’enrichir sans jamais vraiment délaisser leurs activités principales. 

Loin d’être rustres, les Vikings apparaissaient comme un peuple soigné, l’un des plus propres d’Europe. 

 

La vie au village

Au village, la vie montre le raffinement dont pouvait faire preuve ce peuple. Peintures colorées et décorations sont reproduites et exposées dans la maison principale. 

 

Bien que les restes archéologiques des habitats soient rares, les Vikings des temps modernes ne se laissent pas abattre, laissant aller leur imagination pour les détails manquants. Seule contrainte, la difficulté à trouver des matières premières, les récoltes dans la nature étant très légiférées. 

 

Torchis, taille de tuiles en bois, teintures naturelles… Au village, les activités ne manquent pas. Adalrick s’est même reconverti en luthier pour fabriquer son propre Gusli, un instrument à corde ancien. 

 

Les entraînements au combat prennent également une bonne partie des après-midis, la troupe participant à de nombreuses reconstitutions d’affrontements en France et à l’étranger. 

 

Et dans le futur ? 

Quant à l’avenir, rien n’est déterminé.
« Nous, on veut juste faire de l’histoire et si possible la partager. Retrouver ces gestes que des gens ont pratiqué pendant 2000 ans. » La troupe a été la 1ère en France à tenter une telle immersion. 

 

Et l’aventure ne semble pas prête de s’arrêter, alors que de nombreux autres groupes se forment sur le même modèle en France et dans le monde.

Quant à la troupe alsacienne de vikings, on pourra peut-être la retrouver à bord du mythique drakkar pour une traversée de la Baltique, à la force des bras et sans nul doute sous l’oeil attentif du célèbre dieu Viking Odin.  


Twitshot
Commentaires

Pas de commentaire


Petites annonces


© 2015-2018 Maxi Flash • Tous droits réservés • Réalisation : Jordel Médias
Plan du siteMentions légales