Maxi Flash Maxi Flash sur Facebook Flux RSS


Spreng : « On n’était pas les meilleurs »


Champion du groupe Grand Est de National 3, le FR Haguenau évoluera à l’échelon supérieur en août prochain. Même s’il ne sera plus à la barre la saison prochaine, l’entraîneur Claude Spreng revient sur cette saison exceptionnelle.

  

Julien Meyer : Claude Spreng, quel bilan tirez-vous de l’exercice qui vient de s’achever il y a un peu plus de deux semaines ?

Claude Spreng : On a souvent stigmatisé notre début de saison. Il n’était pas pire que la saison passée. Le but du jeu, c’est de ne pas être bon au début mais plutôt à la fin. Avec Lucas (Catalano, son fidèle adjoint), on n’était pas inquiet. Il fallait qu’on s’apprivoise les uns les autres. En tant que coach, on avait des idées différentes et les joueurs devaient s’adapter à nous. Puis le championnat était très relevé avec beaucoup de descentes (six). Dès le départ, on nous a demandé de faire mieux que l’année dernière. Mieux, c’était deuxième ou premier. Au final, on finit meilleure attaque, meilleure défense, meilleure équipe à domicile et à l’extérieur, avec les deux meilleurs buteurs (Giesi et Weissbeck). On est premier partout.

  

« La plus grande fierté est d’avoir réussi avec nos idées de départ »

  

JM : N’avez-vous vraiment jamais douté durant cette entame mitigée ?

CS : Je n’ai jamais douté de notre capacité à pouvoir le faire, ni de la capacité des joueurs à le réaliser. Au début, la mayonnaise tardait à prendre. Il a fallu faire passer ses idées. Les miennes sont axées sur le jeu, des phases de possession et un jeu tourné vers l’avant alors qu’avant, il y avait du harcèlement et du pressing haut. Il a fallu déconstruire certaines choses.

  

JM : Après avoir relevé la tête, vous connaissez un sacré coup d’arrêt en février-mars avec deux lourdes défaites à Epernay (4-1) puis à Strasbourg II (4-1). Que vous dites-vous à ce moment-là ?

CS : A Epernay, ça n’a jamais marché. En plus, on a notre bus qui tombe en panne. Puis on rencontre le Racing qui fait jouer Bingourou Kamara dans les cages. C’est le seul match de la saison qu’il joue en équipe réserve. En première mi-temps, il a maintenu Strasbourg dans le match avec ses arrêts. Puis derrière, on a joué sans filet. On n’avait plus le choix.

  

Une fin de saison en boulet de canon

 JM : A quel moment vous êtes-vous dit “On va le faire” ?

CS : Quand on a gagné les trois matches de la semaine après ces deux défaites. On bat Erstein (2-0) et le FC Metz II (1-0) chez nous, et on va gagner à Nancy II (2-0). Puis en avril, on refait trois victoires en une semaine. Metz, on le gagne à 2-3 minutes de la fin. C’est un peu le déclic. Au final, on a aligné une série impressionnante (le FRH a fini sur une série de 11 victoires et 2 nuls, ndlr).

  

JM : Quelle est la chose dont vous êtes le plus fier ?

CS : La plus grande fierté est d’avoir réussi avec nos idées de départ. On a rendu cette équipe plus joueuse, plus réfléchie et plus solide défensivement. J’avais dit que si on voulait monter, on devait avoir la meilleure défense du championnat. Je suis content de cette évolution. Mais on n’était pas les meilleurs. Des équipes avaient un plus gros potentiel mais on est celle qui a fait le moins d’erreurs.  


Twitshot
Commentaires

Pas de commentaire


Petites annonces


© 2015-2018 Maxi Flash • Tous droits réservés • Réalisation : Jordel Médias
Plan du siteMentions légales