Maxi Flash Maxi Flash sur Facebook Flux RSS


Se former aux métiers industriels


À Reichshoffen, le Centre de Formation des Apprentis de l’Industrie organise une journée portes-ouvertes 

le samedi 3 février, à la découverte des métiers industriels, un secteur porteur dans le Nord-Alsace.  

 

Au collège, à la sortie de 3e, il n’est pas simple de prendre la bonne direction pour la poursuite des études. La voie généraliste, toujours plébiscitée dans l’hexagone, est-elle pour autant la vôtre ? 

 

Bien d’autres métiers existent, techniques et professionnels, qui ne sont pas à mettre de côté car la demande est forte sur le marché du travail. Exit les idées surfaites et la mauvaise image, l’important est de trouver sa voie et de s’épanouir dans l’exercice d’un travail concret tout en gagnant sa vie.

 

En 2006, le CFAI de Reichshoffen ouvre ses portes dans l’ancien centre de formation De Dietrich, sur le site d’Alstom. Organisme privé financé par la Région, les entreprises via la taxe d’apprentissage et la branche professionnelle de la métallurgie, les diplômes délivrés sont reconnus par l’Éducation Nationale, les formations y sont gratuites et se déroulent en alternance : vous gardez un pied dans le monde des études et le deuxième s’implante progressivement dans celui du travail, encadré par un tuteur. Un équilibre efficace et formateur ! Votre statut est équivalent à celui d’un salarié de l’entreprise. Ce qui veut dire : rémunération (selon l’âge et le diplôme), congés payés et cotisations retraite. Mais les avantages vont bien au-delà : vous obtenez un diplôme en alliant la théorie à la pratique tout en gagnant en autonomie !

 

Le CFAI de Reichshoffen forme aux métiers de la maintenance industrielle et des systèmes automatisés, de la productique mécanique (usinage) et de la chaudronnerie industrielle et du soudage. Dans cette dernière branche, depuis la rentrée 2017, le CFAI a ouvert une nouvelle section à la préparation du CAP RICS (Réalisations Industrielles en Chaudronnerie ou Soudage). Le métier de soudeur consiste à assembler entre elles des pièces déjà formées. Quant au chaudronnier, il trace, découpe sa pièce sur des feuilles de tôle afin de réaliser une pièce finie. 7 jeunes apprentis ont intégré le cursus. Leurs formateurs, en dehors des matières générales, sont tous issus du secteur industriel et comptent au minimum 5 années d’expérience, une connaissance du terrain qui s’avère un atout indéniable. 

 

Après l’obtention du CAP, vous avez le choix : préparer le BAC PRO TCI (Technicien en Chaudronnerie Industrielle) ou faire le grand saut dans la vie active. Et, notez le bien, les débouchés sont réels. Car, à bien y regarder de près, tout ou presque est soudé autour de vous. Et le soudeur intervient dans tous les secteurs de l’industrie : serrurerie, automobile, naval, ferroviaire, spatial, mais aussi BTP, maintenance… Pour Pascal Merck, responsable du centre de Reichshoffen : « le CFAI Alsace compte 500 entreprises partenaires. Le besoin des entreprises est recensé afin d’orienter les candidats dans la bonne filière. Un jeune motivé et sérieux ayant acquis les connaissances techniques nécessaires est assuré de trouver un travail à la clé. ». 

 

Les métiers dispensés sont aussi accessibles aux filles, comme Virginie, qui intégrait en septembre dernier le BAC PRO TCI. En usinage, tous les postes sont également ouverts. Qu’on se le dise ! En 2016, 3 jeunes dont 1 fille ont accédé au titre de Meilleur Ouvrier de France et 3 également en 2017 sur le site de Reichshoffen. 

 

Bien sûr, on oublie le costume-cravate et on se dit bien qu’on va se salir les mains. Enfin, après l’obtention du diplôme, le CFAI affiche un taux d’insertion de 92 %, englobant les emplois salariés tous contrats confondus et la poursuite d’études.  


Twitshot
Commentaires

Pas de commentaire


Petites annonces


© 2015-2018 Maxi Flash • Tous droits réservés • Réalisation : Jordel Médias
Plan du siteMentions légales