Maxi Flash Maxi Flash sur Facebook Flux RSS


Résistants alsaciens pendant la Seconde Guerre mondiale


Jusqu’au 31 octobre, en partenariat avec l’Aéria, la Ville de Niederbronn-les-Bains accueille l’exposition itinérante consacrée à la résistance des Alsaciens pendant la Seconde Guerre mondiale.

 

Vendredi 28 septembre, l’exposition a été inaugurée à la mairie de Niederbronn-les-Bains. Autour d’Anne Guillier, maire de la commune et son adjointe à la culture Françoise Vogt, étaient présents Marie Goerg-Lieby, présidente de l’Association pour des études sur la résistance intérieure des Alsaciens (Aéria) et Bertrand Merle, responsable de l’exposition.
Frédéric Reiss, député de la circonscription et Hubert Walter, maire de Reichshoffen et conseiller régional, ont également été de la partie.

 

L’Aéria, créée en 2002, a pour mission de sauvegarder l’histoire de la résistance régionale à partir de fonds d’archives publiques et privées mais aussi de témoignages. Depuis 2016, elle présente une exposition itinérante constituée d’un panorama non exhaustif des actions de 5 000 opposants ou résistants alsaciens à travers 31 panneaux. 

 

« Arrestations, emprisonnements, condamnations à mort... tout a été noté par l’armée du Reich. Ces documents n’ont pas été exploités pendant près de 70 ans alors que ce sont des traces incontestables des événements qui se sont déroulés. Les archives françaises – nationales et départementales ainsi que privées –, fournissent également de très nombreuses informations » raconte Marie Goerg- Lieby. Résistance et clandestinité sont imbriquées entre elles inéluctablement. De nombreux témoignages appuient les recherches de l’association et « ce sont ces petites pages d’histoires qui font la grande Histoire » comme le relève Frédéric Reiss.

 

L’Alsace et la Moselle : 

une histoire particulière

Le 19 juillet 1870, Napoléon III déclare la guerre à la Prusse. Malgré de nombreuses batailles, la France rend les armes. Le 10 mai 1871, après la proclamation de l’empire allemand à Versailles en janvier de la même année, le traité de Francfort cède l’Alsace et la Moselle à l’Allemagne. Elles sont alors régies par l’empire de Guillaume II et le régime de Bismarck.

 

Le 3 août 1914, l’Allemagne déclare la guerre à la France. Le territoire annexé subit de violents combats. En novembre 1918, l’armée française entre en Alsace-Moselle alors que l’armistice est signé le 11-Novembre et met fin à la Grande Guerre. Le 28 juin 1919, le traité de Versailles réintègre l’Alsace-Moselle à la France suite à la défaite allemande.
À partir de l’été 1940, alors que la France avait déclaré la guerre à l'Allemagne le 1er septembre 1939, l’Alsace et la Moselle sont soumises à l’annexion de fait et à la dictature nazie.

 

La germanisation fait rage. La langue française est interdite. Viennent expulsions, restrictions, rationnements, interdictions, répressions et obligations.

 

Alsaciens et alsaciennes 

se battent pour la Liberté

Refus de l’incorporation de force, refus de la défaite, refus de la répression allemande, refus de la germanisation… la résistance clandestine se met en place. Ils sont juifs alsaciens, familles, commerçants, religieux, ouvriers, agents administratifs, cheminots, alsaciens de l’extérieur, hommes, femmes, jeunes… « des hommes et des femmes qui ont su se lever pour dire “Non” au moment où il le fallait », comme le souligne Raymond Lévy, Président de l’association des sites hébraïques de Reichshoffen et Niederbronn-les-Bains (Ashern).

 

Les sœurs du Très-Saint-Sauveur de Niederbronn ont pris part à ces actions de l’ombre. Elles ont été décorées de la médaille de la Résistance avec rosette.     


Twitshot
Commentaires

Pas de commentaire


Petites annonces


© 2015-2018 Maxi Flash • Tous droits réservés • Réalisation : Jordel Médias
Plan du siteMentions légales