Maxi Flash Maxi Flash sur Facebook Flux RSS


Régional 1, Régional 2 Le point avant le sprint


La fin de saison pointe tout doucement le bout de son nez. Et à un mois et demi du baisser de rideau, quasiment toutes les formations du Nord de l’Alsace de Régional 1 (l’élite alsacienne) et de Régional 2 (l’élite départementale) ont quelque chose à jouer. Pour l’accession ou la relégation, cela s’annonce passionnant à tous les étages. 

 

En Régional 1, le FCE Schirrhein et l’US Oberlauterbach/Eberbach sont les deux fleurons du football nord-alsacien, là où se mêlent passion, engouement et ferveur pour finir sur une pointe de houblon. 

  

Les deux formations possèdent également le même objectif sportif : le maintien. La semaine dernière, elles ont pourtant connu des fortunes diverses. Dans leur stade Oscar Heisserer, les Schirrheinois se sont offerts le scalp de l’AS Illzach-Modenheim (3-2), en lutte pour remonter en National 3, et ont ainsi mis fin à une série de quatre matches sans victoire. Cette performance de choix est donc tombée à pic et a forcément ravi le Président de l’Etoile, Pierre Dillinger. « Quand on voit le classement, il était nécessaire de se remettre un peu sur les bons rails comme on dit. On était un peu moins dans le coup ces derniers temps. Et pour repartir, il faut souvent une performance comme celle-ci. Surtout qu’en face, il y avait de la qualité avec le meilleur buteur du championnat, Diallo. Sans oublier Moukhlil, l’ancien de Colmar qui est un très bon joueur. On a répondu présent, c’est bien. »

  

Schirrhein ne veut pas trembler

La mauvaise passe est désormais derrière et le FCES peut aborder son opération maintien avec davantage de confiance. « On a une petite marge mais ce n’est pas gagné », prévient le Président des « Bûcherons ». « Il faudrait encore deux victoires pour être tranquille. Il ne faudra surtout pas perdre des points contre nos poursuivants. On reçoit encore Schiltigheim II (le 5 mai) et Saint-Louis II (le 26 mai), puis on va à Oberlauterbach (le 3 juin). J’espère boucler ça à quelques matches de la fin car il est toujours délicat de se battre jusqu’au bout ». Schirrhein est bien placé pour le savoir, en témoigne son sauvetage in extremis lors de l’exercice écoulé. 

  

Un peu plus au Nord, du côté d’Oberlauterbach, la confiance est également de sortie, malgré la glissade au classement. Contre la réserve de Saint-Louis/Neuweg (0-3) le dimanche 22 avril, les gars de l’entraîneur Fabrice Muller ont concédé une cinquième défaite en six matches. « On est toujours confiant, même si on était déçu de la défaite contre Saint-Louis », explique Richard Kraemer, le Président de l’USOE. « On avait les occasions pour en mettre deux, mais il nous a manqué la réussite. Puis après cela, ils ont marqué coup sur coup sur des contres ».

  

Pour valider le maintien, l’homme fort des « Oranges » donne la marche à suivre. « Il nous faudra au moins deux victoires pour être tranquille ». Et à ceux qui en demanderaient trop de ses poulains, le Président répond : « Il faut garder les pieds sur terre. Voir Oberlauterbach en R1, c’est super. Si on a un peu de mal, c’est normal aussi (sourires). Mais les garçons sont motivés, ils feront le maximum ». On n’en doute pas.

  

Le « Poulidor » veut aller au bout

  

Un échelon plus bas, les Weyersheimois du coach Pierre Fancello feront également le maximum pour enfin rejoindre l’élite alsacienne. « On est les Poulidor », glisse dans un sourire le Président Patrice Hild, en référence aux deux derniers exercices lors desquels la SSW a manqué l’accession d’un cheveu (3e en 2015-2016 et 2e en 2016-2017). 

  

Après quatre matches sans victoire (trois nuls, une défaite), Weyersheim s’est remis dans le droit chemin avec une victoire sur le terrain d’une coriace équipe de la Robertsau (2-1). Quelques jours auparavant, les locataires du stade de la Zorn avaient appris le retrait de la victoire du leader Haguenau II à Drulingen et la sanction d’un point de pénalité au FRH. « La perte de 4 points de Haguenau, aussi malheureuse soit-elle, a remis un peu tout le monde en selle », indique le numéro 1 weyersheimois. « Mais honnêtement, Haguenau reste le grand favori pour la montée. Ils ont un effectif que nous n’avons pas ».

  

Weyersheim doit en plus faire sans son meilleur buteur Adam (huit réalisations), victime d’une rupture des ligaments croisés. Quant à Altun, auteur de six buts, il est freiné par un deuxième claquage et sera encore absent deux semaines. « Quand on a des absences dans le secteur offensif, ça devient plus compliqué pour des clubs comme le nôtre ».

  

Mais Patrice Hild ne s’apitoie pas sur le sort de son équipe et assure que cette dernière fera tout pour passer la ligne d’arrivée en premier. « On est des compétiteurs. On ne va pas se cacher : en début de saison, on s’était dit qu’on voulait y arriver ». Alors que s’ouvre la dernière ligne droite, Weyersheim est toujours en bonne position pour remplir son objectif et accéder pour la première fois de son histoire en R1.

  

Haguenau II s’est relevé

Mais pour écrire l’une des plus belles pages du club, les Weyersheimois le savent : il faudra devancer une impressionnante réserve du FR Haguenau. Tout sauf une mince affaire. Après avoir connu leur première période de turbulences de la saison (perte de quatre points sur tapis vert enchaînée d’une défaite 1-4 face à la Robertsau), les joueurs de Laurent Brengel se sont relevés il y a une semaine à la faveur d’une victoire autoritaire à Bergbieten (7-3).
« L’avance qu’on avait, on ne l’a plus», déclare le coach haguenovien. « On s’oriente désormais vers un petit championnat à trois avec Weyersheim et Geispolsheim pour la montée. A nous d’en sortir vainqueur. C’est dans cet état d’esprit qu’on aborde cette dernière ligne droite ». Malgré un calendrier plutôt favorable sur le papier – Haguenau n’affrontera qu’un « gros » avec un déplacement à Weyersheim le 3 juin –, Laurent Brengel joue la carte de la prudence. « On va rencontrer beaucoup d’équipes qui jouent le maintien. Elles auront le couteau entre les dents. Je ne sais pas si Weyersheim sera un tournant. Puis si on veut rester en haut, il faut gagner quoi qu’il arrive. Notre principal adversaire, on l’a vu, ça reste nous-mêmes ». 

  

Grâce à sa victoire sur la pelouse de la lanterne rouge savernoise (2-1), le FC Seltz s’est, de son côté, replacé dans le ventre mou du classement et peut envisager la suite avec sérénité. « On est en très bonne position pour se maintenir avec neuf points d’avance sur le premier relégable », apprécie Jean-Michel Kremser, le Président du FCS.

  

Seltz veut soigner la sortie de Sturm

Après un début de saison compliqué (aucun succès lors des cinq premiers matches), les Seltzois se sont bien repris. Le mois dernier, ils ont notamment dominé Weyersheim
(1-0) et accroché la réserve de Haguenau (1-1). «On a eu six départs majeurs à l’intersaison», rappelle le Président des « Verts ». « Les jeunes ont mis du temps à s’intégrer mais là, ils sont bien dedans. Maintenant, on ne doit plus trembler. On a l’ambition de gagner le championnat des « mal-classés », comme je l’appelle, en essayant de chercher la 7e place. C’était notre objectif en début de saison ».

 

Les Seltzois auront aussi à cœur de mener à bien leur mission pour offrir une belle sortie à leur coach Claude Sturm, qui rend le tablier en fin de saison après sept années de bons et loyaux services. « Il a fait des choses exceptionnelles chez nous », souligne Jean-Michel Kremser. « Il a décidé de prendre une année sabbatique ». Dès le mois de février, l’entraîneur a prévenu ses dirigeants, histoire qu’ils puissent déjà préparer le passage de témoin avec Richard Mazerand. Ce dernier reprendra les manettes après les avoir laissées à Claude Sturm voilà sept années.

  

Deuxième du groupe A de Promotion d’Excellence la saison passée, le FC Soultz s/Forêts-Kutzenhausen a pris l’ascenseur pour la R2 en qualité de meilleur second. Forcément cette saison, l’Entente s’attendait à être malmenée dans sa quête de maintien. Après une première partie de saison plutôt encourageante (4 victoires,
3 nuls, 5 défaites), les hommes du Président Alain Schab ont entamé 2018 au petit trot avec un seul succès décroché en six rencontres. Aujourd’hui, ils se situent aux portes de la zone rouge. 

 

Mais les Alsaciens du Nord détiennent un atout non négligeable dans leur manche pour espérer renouveler leur bail au sein de l’élite départementale : ils disputeront 6 de leurs 7 derniers matches dans leur stade Rebmatt.  


Twitshot
Commentaires

Pas de commentaire


Petites annonces


© 2015-2018 Maxi Flash • Tous droits réservés • Réalisation : Jordel Médias
Plan du siteMentions légales