Maxi Flash Maxi Flash sur Facebook Flux RSS


Porsche Macan : le magicien


Maîtrisant comme nul autre l’art de métamorphoser un crossover, fut-il de taille compacte, en véritable sportive, Porsche est un alchimiste moderne. Le Porsche Macan, dans sa nouvelle version, le prouve une nouvelle fois.

 

Qu’il doit être déroutant d’être un fanatique de Porsche de la première heure. Pour les puristes invétérés et les nostalgiques de l’âge d’or, le constructeur allemand a cessé d’exister il y a vingt ans, lorsque la 911 a délaissé son moteur atmosphérique pour un bloc à refroidissement liquide. C’est un peu extrême comme position, mais seule la firme de Stuttgart est capable de déchaîner de telles batailles de chapelle. Alors imaginez la perplexité de certains lorsqu’est sorti le Cayenne en 2002 ! Plus de quinze ans plus tard, ce choix radical fait pourtant plus que jamais sens, tant les SUV ont renversé la grande table du marché automobile mondial. Il y a quatre ans environ, Porsche a d’ailleurs enfoncé le clou avec le Macan, le petit frère du Cayenne, basé sur la plateforme de l’Audi Q5. La firme allemande ne pouvait passer à côté de chiffres aussi implacables : le Cayenne étant son modèle le plus vendu, le Macan devait marcher sur ses pas. Avec le recul, la firme de Stuttgart avait vu juste. Les SUV rassurent, avec leur position surélevée et la force tranquille qu’ils dégagent. 

 

Mais ils distillent un plaisir de conduire très limité avec leur haute sensibilité au roulis et leur démarche pataude. Or, qui mieux que Porsche est à même de transcender ces défauts pour opérer la fusion sans concession de la sportivité et des considérations pratiques ? Personne.

 

L’art du compromis

Le Macan prouve une nouvelle fois les dons d’alchimiste de Porsche. Cette volonté de transmuter le quotidien en or est visible dès les premiers regards. S’il n’y a aucun doute sur le fait que le Macan est un vrai SUV avec sa position surélevée, son pare-brise plongeant, ses larges passages de roue et ses porte-à-faux arrière tombants, les lignes intègrent des clins d’œil à la 911 un peu partout, depuis les optiques inclinées jusqu’aux phares larges et aux feux arrière élancés. Les courbes et les contours soigneusement maîtrisés confèrent à l’ensemble des proportions équilibrées. Troquer une voiture de sport agile et légère pour un beau gaillard de 1,8 t est une décision délicate, mais le Macan la rend facile. 

L’intérieur est une nouvelle fois une pièce d’orfèvrerie majeure. C’est brut, élégant, sans fioritures. L’assemblage et le niveau de finition atteignent encore des sommets de savoir-faire. On regrettera simplement que les places arrière ne soient pas un peu plus accueillantes, mais le Cayenne est là pour ça. La mise à jour technologique pour cette version 2018 est sensible avec une interface et des commandes qui délaissent la complexité de l’ancien modèle pour la simplicité qui fait la force des véhicules Audi. L’instrumentation numérique fait un nouveau bond en avant vers la modernité et les aides à la conduite se multiplient.

 

Petit, mais costaud

Pour cette mise à jour qui fera ses premiers pas au Salon de Genève, Porsche ne s’est pas, sauf surprise de dernière minute, attaqué à ce qui se trouve sous le capot. Le Macan d’entrée de gamme est livré avec un moteur quatre cylindres de 2,0 litres développant 252 chevaux. La traction intégrale est de série, tout comme la transmission à sept rapports à double embrayage. Il atteint les 100 km/h en 6,3 s. Une version d’accroche qui a déjà du mordant. Plus haut, on retrouve le Macan GTS qui arrive avec un V6 de 3,0 litres développant 360 chevaux. Le 0 à 100 km/h est alors avalé en 5 secondes. Le Macan prend toutefois tout son sens dans sa transmutation la plus pure, la déclinaison Turbo. Celle-ci est équipée d’un V6 de 3,6 litres à double turbo qui délivre 400 chevaux pour un 0 à 100 km/h atteint en moins de 4,4 s. On peut s’attendre à ce que Porsche ait gonflé ces blocs de quelques chevaux pour satisfaire des clients toujours plus exigeants. 

 

Le Macan profite quoi qu’il en soit d’un des meilleurs châssis du marché et d’un train roulant impossible à prendre en défaut. Avec un premier prix à près de 60 000 € et une fourchette haute qui en vaut environ le double, le Macan réussit ainsi son pari en alliant parfaitement sportivité et force.  


Twitshot
Commentaires

Pas de commentaire


Petites annonces


© 2015-2018 Maxi Flash • Tous droits réservés • Réalisation : Jordel Médias
Plan du siteMentions légales