Maxi Flash Maxi Flash sur Facebook Flux RSS


Médecine transfrontalière


Le 13 mars, une nouvelle convention a été signée pour renforcer la coopération entre Français et Allemands dans le domaine médical.

 

Depuis de nombreuses années, il existe dans les environs de Wissembourg une volonté de coopérer entre professionnels de santé, au-delà des frontières.

 

Equipes médicales mixtes

Au début des années 90, après la chute du mur de Berlin, plusieurs médecins allemands sont arrivés en France. Aujourd’hui, le Centre Hospitalier Intercommunal de la Lauter (CHIL) compte toujours une dizaine de médecins allemands. « Wissembourg est une destination attractive pour nos voisins », explique Christian Gliech, Maire de Wissembourg et Président du Conseil de surveillance du CHIL. « Les médecins allemands y trouvent du travail. C’est une bonne chose pour notre petit Centre hospitalier qui, comme d’autres, a du mal à trouver des professionnels dans chaque spécialité, car beaucoup de Français préfèrent travailler dans des grands centres urbains ». C’est également dans les années 90 que divers projets de coopération sont nés, dont celui sur l’aide médicale urgente, entre le CHIL, la Clinique de Landau et la Croix Rouge allemande.

 

Une 1ère convention a été signée en 2002 à ce sujet. «Entre 19h et 7h, un médecin du SMUR, accompagné d’un(e) infirmier(ère), se rend en Allemagne en cas de besoin, dans un véhicule allemand conduit par un Allemand. Cela permet de garantir une couverture médicale chez nos voisins, ce qui n’était pas le cas avant», précise Claudine Remakel, Responsable médicale de la coopération transfrontalière.
« Le but est de s’entraider et de permettre une prise en charge de tous les patients, des
2 côtés de la frontière».

 

Actualisation de la convention

L’ancienne convention manquant de clarté, un travail d’actualisation a eu lieu et une nouvelle convention vient d’être signée, entre les Centres hospitaliers de Wissembourg et Landau, l’Agence Régionale de Santé Alsace et la Croix Rouge allemande. « Cette convention décrit précisément la façon dont se déroulent les interventions, quel est le rôle de chacun, quels médicaments sont utilisés… Et elle expose notre volonté de faire des échanges de personnel en formation, de réaliser des exercices en commun, d’établir des protocoles en commun. », ajoute C. Remakel. Par ailleurs, le CHIL a déposé une demande de subvention INTERREG (programme européen), en partenariat avec l’Eurodistrict PAMINA. Ce dernier vient de réaliser une étude afin de détecter d’autres pistes de coopération possibles, afin de répondre encore mieux aux besoins de la population.  


Twitshot
Commentaires

Pas de commentaire


Petites annonces


© 2015-2018 Maxi Flash • Tous droits réservés • Réalisation : Jordel Médias
Plan du siteMentions légales