Maxi Flash Maxi Flash sur Facebook Flux RSS


Le retour des cigognes


L’un des symboles de l’Alsace pointe le bout de son bec depuis quelques jours déjà. Chaque année, les cigognes
blanches sont de retour un peu plus tôt dans la région, tandis que d’autres ne migrent même pas. Explications…

 

Alors que la cigogne blanche est l’un des emblèmes de l’Alsace, symbole de fécondité, son espèce ne s’est pas toujours aussi bien portée. Elle était même en voie de disparition dans les années 1970. En 1975 par exemple, seuls 9 couples avaient fait leur nid dans la région. Et pour cause : seules 20% des cigognes parviennent à revenir sur leur lieu de reproduction. Elles sont victimes de noyades parfois, lors de leur passage au-dessus de la mer, ou d’autres accidents sur leur chemin vers les pays chauds. Mais souvent, c’est l’Homme qui la met en danger : les lignes à haute tension, les pesticides qui les privent de criquets et sauterelles en Afrique, ou encore la chasse aux cigognes… 

 

« Alors, pour sauver cette espèce, des associations européennes ont créé un programme de réintroduction des cigognes. Il s’agissait de garder les cigognes en captivité pendant plusieurs hivers afin de leur faire perdre leur instinct migratoire et les inciter à ne plus quitter leur nid durant l’hiver » nous explique Eric Buchel, chargé d’études à la Ligue de Protection des Oiseaux.  En fait, la cigogne est tout à fait capable de survivre aux basses températures. C’est la nourriture qui se fait plus rare qui les pousse à migrer. Elles séjournent ainsi dans les pays chauds de septembre à février. « Une fois les cigognes relâchées, et surtout nourries en hiver, elles ne migraient plus ». Actuellement, on compte plus de 720 couples de cigognes ! 

 

Qui migre ?

Aujourd’hui, la cigogne est sauve, et ce système a donc été abandonné. C’est pourquoi certaines migrent, d’autres non.
A La Wantzenau par exemple, la Station Régionale de Protection des Oiseaux nourrit chaque jour quelques 400 animaux, dont 2 couples de cigognes, habitués des hivers alsaciens. «Elles viennent tous les matins dans le parc, car elles savent qu’elles y sont nourries» explique Daniel Zinck, Président de la SRPO. « Lorsqu’elles ont des petits, elles font 3 à
4 allers-retours pour leur apporter à manger ! Elles se nourrissent de poussins, de souris, de lapins… L’hiver, elles ne pourraient pas rester si nous ne leur donnions pas à manger ».

 

Chaque année, chaque couple voit naître 2 à 3 petits. Mais eux, migrent ! « Nous ne les avons jamais vus revenir ! ». Eh oui, malgré cette réintroduction en Alsace, les cigogneaux naissent avec leur instinct migrateur et partent à la 1ère saison. 

  

Pourquoi reviennent-elles plus tôt ? 

Le réchauffement climatique a certainement un rôle à jouer dans leur retour. Aujourd’hui, les cigognes ne se rendent plus forcément en Afrique de l’Ouest pour trouver de la nourriture. Certaines d’entre-elles s’arrêtent en Espagne, sont donc moins loin et reviennent ainsi plus tôt. D’autres se sédentarisent même spontanément. 

 

Quoi qu’il en soit, leur retour dans la région émerveille chaque année petits et grands.   


Twitshot
Commentaires

Pas de commentaire


Petites annonces


© 2015-2018 Maxi Flash • Tous droits réservés • Réalisation : Jordel Médias
Plan du siteMentions légales