Maxi Flash Maxi Flash sur Facebook Flux RSS


La force d’un groupe


Les minimes 1 de la CTC Brumath/Kriegsheim se sont serrées les coudes. Malgré un effectif un peu léger en début de saison, elles ont été sacrées championnes du Bas-Rhin grâce à l’instauration d’un vrai esprit de groupe.

  

Elles ont réceptionné leur trophée il y a un peu plus de deux semaines, près d’un mois après leur dernière sortie sur les parquets. Une récompense que les basketteuses de la CTC (Coopération Territoriale de Clubs) Brumath/Kriegsheim n’attendaient pas forcément en début de saison. « On a démarré avec seulement cinq filles qui avaient le potentiel pour jouer au niveau Pré-Région », confie l’entraîneur Martin Pflumio. Pour espérer tenir tout au long de l’exercice 2017-2018, ce dernier s’est donc appuyé sur des filles de l’équipe 2 et même sur des benjamines.

  

« Un travail collaboratif »

« On a dû chercher à créer un noyau, un groupe », relate-t-il. « L’intérêt était de créer un travail collaboratif entre les deux équipes de minimes. Mais il arrivait souvent que des matches se déroulent en même temps. On était alors en sous-effectif et c’était très compliqué à gérer. On a donc eu de temps en temps le renfort de benjamines qui évoluaient en Région ».

  

Au fil de la saison, un vrai esprit d’équipe s’est créé. Les filles ont d’abord bouclé leur première phase (de septembre à décembre) avec cinq victoires en autant de rencontres. Versées dans le groupe de Pré-Région, elles ont maintenu leur bonne cadence en terminant premières de leur poule et ont donc obtenu le titre de championnes du Bas-Rhin. « Elles ont montré de la rigueur, de la persévérance et de la régularité », souligne Martin Pflumio. « Collectivement, la chose la plus dure est d’avoir une régularité tout au long de l’année. Les quelques défaites qu’on a enregistrées (3 en 14 matches), c’était dû aux blessures et à un effectif très réduit. A ce niveau-là, sans rotation, c’est difficile de tenir. Mais on ne s’en est pas fait une montagne. Le travail à l’entraînement a aussi payé, il n’y a pas de secrets ».

  

« L’un ne peut plus rien faire sans l’autre »

Les minimes de Kriegsheim/Brumath vont donc permettre à leurs successeurs dans la catégorie (les benjamines actuelles) d’évoluer à un niveau régional lors de la prochaine saison. « C’était l’objectif du club », avoue le coach. « Les benjamines évoluaient déjà en région et elles vont toutes monter en minimes. Ça aurait été un frein si on n’avait pas réussi à monter ».

  

Cette accession est aussi le résultat de l’entente entre les deux clubs de Kriegsheim et Brumath. « Cela fait déjà 4-5 ans qu’on est ensemble », indique Martin Pflumio.
« L’un ne peut plus rien faire sans l’autre ». Et à deux, c’est bien connu : c’est toujours mieux. 


Twitshot
Commentaires

Pas de commentaire


Petites annonces


© 2015-2018 Maxi Flash • Tous droits réservés • Réalisation : Jordel Médias
Plan du siteMentions légales