Maxi Flash Maxi Flash sur Facebook Flux RSS


La Budig de retour à Brumath


La Budig avec son cabaret bilingue n’a cessé de faire rire les Alsaciens depuis 1995. 

Elle sera de passage à Brumath le 7 avril prochain pour présenter sa 23e revue. 

 

C’est une troupe qui a sa propre histoire. « J’ai été élevé dans l’ombre des cabarets alsaciens comme Le Barabli, ou Bonjour. Dans les années 1990, j’ai décidé de reprendre le flambeau et de perpétuer la tradition du cabaret rhénan » raconte Yves Grandidier, fondateur de La Budig.
« Avec quelques anciens des autres troupes, nous avons donc monté notre cabaret. Depuis, nous allons à la rencontre du public en organisant chaque année une tournée ».  

 

« Aujourd’hui, nous comptons 4 comédiennes, 4 comédiens, 1 régisseur qui fait des passages sur scène et
1 musicien professionnel, qui s’occupe de tout l’accompagnement musical et des bruitages si nécessaires
». Eh oui, cette troupe est un cabaret, dont chaque début de spectacle est musical, et donne le ton de la revue. 

 

« Qu’est-ce que tu veux… ? »

Cette 23e revue bilingue s’intitule « Was wet, c’est comme ça ! ». Elle dépeint en 11 tableaux l’actualité internationale, nationale et régionale, en chansons et en sketchs, mais aussi des moments de la vie quotidienne. « Nous commençons par un petit tour de la politique, puis nous nous intéressons à des photographies de la vie actuelle. Cette année nous avons choisi d’aborder les écarts générationnels, le don du sang, le camping, et la grande mode du bio, du vegan et du yoga par exemple. On revisite ces moments avec humour et émotion, car nous abordons aussi des sujets plus graves. L’année dernière nous avons repris une chanson de Renaud pour parler de l’acte terroriste qui a eu lieu à Nice. Cette année je reprends Hallelujah de Leonard Cohen, pour raconter l’histoire d’une amitié de plus de 50 ans ». 

 

Après plus de 250 sketchs et 180 chansons, La Budig trouve encore de quoi faire rire son public. « Avec une vie aussi riche, comment peut-on imaginer un jour avoir fait le tour de la question ? » ajoute Yves Grandidier. « La capacité de ceux qui écrivent, c’est de s’installer à la terrasse d’un café et d’écouter les gens parler, de regarder autour d’eux, de saisir des moments quotidiens. Certains peuvent paraître banals et pourtant nous trouvons toujours une situation cocasse dans notre imaginaire, que nous retranscrivons avec notre propre filtre. Ce qui est important au cabaret, c’est de rire de ses propres travers, de ses bonheurs et malheurs. Et l’avantage c’est que l’on peut faire du sur-mesure. Nous écrivons également ce que j’appelle des répliques à tiroirs, des répliques que l’on peut faire évoluer selon l’actualité, comme lors d’une année électorale par exemple. Cette année, avec le thème des super-héros, nous sommes tranquilles ! » rit-il. « Nous trouverons toujours une Reine des Neiges ou un Captain Alsatica quelque part ! ».
   

Un public toujours au rendez-vous

La Budig est avant tout un cabaret bilingue alsaco-français, qui plaît à toutes les générations. « Nous avons même assisté à un rajeunissement de notre public. Les phénomènes dubilinguisme et du maintien du dialecte sont passés par là. Il y a parfois des gamins dans le public, ce qui n’était pas le cas il y a une vingtaine d’années. De plus, un non-dialectophone ne s’ennuiera pas car nous alternons avec le français pendant tout le spectacle » conclut Yves Grandidier. 

 

La Budig jouera à la Maison des Œuvres de Brumath le 7 avril 2018, à 20h15. Il est d’ores et déjà possible de réserver sa place au 03 88 52 52 86.  


Twitshot
Commentaires

Pas de commentaire


Petites annonces


© 2015-2018 Maxi Flash • Tous droits réservés • Réalisation : Jordel Médias
Plan du siteMentions légales