Maxi Flash Maxi Flash sur Facebook Flux RSS


La bonne inspiration


Il y a environ 4 ans, Esteban Bonnet et Samuel Ortega lançaient une section féminine à l’AS Hatten. Aujourd’hui, le club compte déjà deux équipes, compétitives qui plus est.

 

Esteban Bonnet-Samuel Ortega, voilà une association sensée. Quelques années en arrière, le duo était en charge d’une équipe de garçons, où des filles étaient encore autorisées à se mêler. Puis est arrivé le jour où la mixité n’était plus applicable. Les deux entraîneurs ont alors décidé de lancer une section féminine avec une équipe U18.

  

« Au lieu de les obliger à arrêter, on a tenté de créer des U18 », indique Esteban Bonnet, aujourd’hui entraîneur principal des seniors féminines. « La chose a bien pris. Dès la première année, on avait une vingtaine de joueuses ».

  

Un temps d’adaptation

Pendant 4 saisons, le tandem fait donc progresser les moins de 18 ans. Au bout du dernier exercice, plusieurs joueuses atteignent la limite d’âge et doivent passer dans la catégorie supérieure, en seniors. Pour leur permettre de poursuivre leur progression, l’équipe est donc créée. « Pour l’instant, le bilan est positif surtout que c’est une découverte pour les filles », se réjouit Samuel Ortega, l’entraîneur-adjoint. « Il a fallu du temps pour que le groupe se forme correctement et apprenne à jouer ensemble ».

  

Avant la reprise du championnat fixée au dimanche 25 mars contre l’AS Mertzwiller, les féminines de l’ASH se placent au 5e rang du groupe B de la Division 1. « Au niveau des résultats, c’est très encourageant », expose Esteban Bonnet, dont l’équipe présente un bilan de 2 victoires pour 4 défaites (le succès 5-1 à Wingen/Lembach n’est plus pris en compte, l’Entente ayant déclaré forfait général, ndlr). « Sur quasiment tous les matches perdus, on aurait pu faire le même score mais dans l’autre sens avec plus de réussite. On est une équipe très joueuse, comme chez les U18. C’est un peu notre ADN. On met beaucoup de buts (Hatten possède la meilleure attaque du groupe), mais à côté, on s’expose beaucoup aussi ».

  

Les U18 (à 11), l’autre équipe féminine du club, ont également le vent en poupe. A mi-parcours, elles sont les dauphines de l’incontestable leader, Vendenheim II.
« Quand on a monté le projet, peu de monde y croyait », glisse Samuel Ortega. Les deux compères ont bien fait de s’accrocher. Les résultats et la dynamique actuels en témoignent.  


Twitshot
Commentaires

Pas de commentaire


Petites annonces


© 2015-2018 Maxi Flash • Tous droits réservés • Réalisation : Jordel Médias
Plan du siteMentions légales