Maxi Flash Maxi Flash sur Facebook Flux RSS


L’avenir du pont de Gambsheim


à partir du mois de juin, et jusqu’à la fin de l’été, le Pont des écluses de Gambsheim sera fermé à la circulation. Une fermeture qui va entraîner de nombreux changements dans les habitudes des travailleurs transfrontaliers. Une réunion publique a été organisée afin de leur présenter des solutions. 

 

Chaque jour, entre Gambsheim et Rheinau, 13 500 véhicules empruntent l’unique pont qui leur permet de rejoindre le pays voisin. La plupart de ses usagers le font pour aller travailler Outre Rhin.

Sur ce même pont se trouve le barrage hydroélectrique de Gambsheim qui produit de l’électricité et ralentit le débit du fleuve. Mais voilà que l’année dernière, la décision de reconstruire le pont des écluses est prise par l’Etat français : il faut remplacer son tapis. Pour ce faire, le pont devra être coupé, ce qui entraînera de lourdes perturbations. Par la même, il est nécessaire de réhabiliter le pont d’accès à l’usine, ainsi que de mener des travaux sur le pont de l’île qui mène à l’écluse. Le Département du Bas-Rhin a donc décidé d’être porteur de la maîtrise d’ouvrage de l’ensemble de ces 3 projets. 

Ainsi, tous les travaux pourront être réalisés en une fois, afin de réduire la durée de la coupure du pont. Cet été, durant 12 semaines, il sera impossible de le franchir en voiture. « Cette fermeture impacte et inquiète principalement les travailleurs transfrontaliers » explique Christiane Wolfhugel, conseillère départementale. « C’est pour cette raison que des réunions publiques ont été organisées. Nous avons également travaillé avec la Chambre des Commerces et d’Industrie allemande (IHK) et avons réuni un comité de pilotage transfrontalier. Une enquête, lancée début octobre, nous a permis de récolter 660 réponses, et ainsi trouver des solutions ». 

 

Jeudi 11 janvier, à l’EcRhin de Gambsheim, l’heure était à la présentation de celles-ci.  « Une passerelle de 9 m de hauteur sera tout d’abord mise en place pendant la durée des travaux afin de permettre aux piétons et aux cyclistes de traverser le fleuve. Elle sera également utilisée par les travailleurs du barrage. Cela permettra aux usagers du pont de laisser leur voiture d’un côté, de traverser à pieds ou à vélo, et de trouver un autre moyen de transport sur l’autre rive ». Beaucoup feront du covoiturage, et certaines entreprises seront également amenées à trouver des solutions pour leurs employés. Pour ce faire, 170 places de stationnement supplémentaires seront créées du côté français, et 100 du côté allemand.

 

« La 2e solution proposée consiste à emprunter les déviations mises en place, soit la RD4 entre Roppenheim et Iffezheim (une trentaine de kilomètres), soit le pont de Kehl ». L’utilisation du bac de Drusenheim sera également envisageable. « Pour que celui-ci soit opérationnel, il a été révisé en amont, et son amplitude horaire a été élargie. Il fonctionnera, durant les travaux, de 5h à 20h » ajoute Christiane Wolfhugel.
Le chantier global de 7 mois aura lieu des deux côtés du pont, mais pas en même temps.
« On ne peut pas couper l’accès à l’usine, il faut toujours que l’un des 2 côtés soit accessible »
. Une fois celui-ci terminé, la situation reviendra à la normale, et les usagers pourront emprunter un pont tout neuf, et surtout sécurisé, qui sera agrémenté d’une piste cyclable.   


Twitshot
Commentaires

Pas de commentaire


Petites annonces


© 2015-2018 Maxi Flash • Tous droits réservés • Réalisation : Jordel Médias
Plan du siteMentions légales