Maxi Flash Maxi Flash sur Facebook Flux RSS


Gumbrechtshoffen bouscule la hiérarchie


L’équipe féminine de l’US Gumbrechtshoffen, dirigée par Olivier Haessig, a réalisé un bel exploit le 16 septembre dernier. Pour leur entrée en lice au premier tour de la Coupe de France, les filles de l’USG (Division 1) ont sorti le FC Kronenbourg (1-1, 2-1 tab), pensionnaire de l’Excellence.

  

Au 2e tour de la Coupe de France, l’US Gumbrechtshoffen et le FR Haguenau seront les deux seuls représentants d’Alsace du Nord. Si les Haguenoviennes se sont qualifiées aux dépens d’une équipe du même niveau (D1), les joueuses de l’USG ont, elles, réussi une belle performance en boutant hors de la compétition une équipe d’Excellence, soit un niveau au-dessus.

  

« Je leur avais dit de jouer 

et de se faire plaisir »

  

« C’est un petit exploit », savoure Olivier Haessig, le coach de Gumbrechtshoffen.
« On a mené 1-0 puis on s’est fait rattraper en fin de match. On a ensuite gagné aux penalties. C’est une très belle performance et je suis très content de l’équipe. Durant la fatidique séance, les Nord-Alsaciennes ont pu compter sur leur gardienne. Elle est très forte sur les coups de pied arrêtés en général », indique l’entraîneur. « Elle a fait la différence, surtout qu’on ne s’était pas entraîné pour cela. »

  

Une semaine après leur infructueuse entrée en matière en championnat contre Mertzwiller (0-1), les « Rouges » ont brillamment relevé la tête en faisant preuve de belles qualités sur le pré. « Mertzwiller, c’était notre premier match officiel de la saison », souligne Olivier Haessig,  seulement en poste depuis le mois de juillet. «J’avais senti un peu de stress. Avant Kronenbourg, je leur avais dit de jouer et de se faire plaisir.» Message bien reçu.

  

Une équipe à 8

 

Avec bientôt 30 licenciées au club, l’éducateur originaire de Gumbrechtshoffen est plus que satisfait du virage opéré par la section féminine. « C’est un peu le bouche à oreille qui nous fait vivre », concède-t-il. « Au début, on était une quinzaine et on ne savait pas si on devait faire deux équipes (l’USG possède aussi une équipe à 8, sous la coupe de Lucas Hehm, ndlr). Depuis la rentrée, certaines joueuses sont arrivées d’autres clubs. Certaines viennent parce que la copine s’entraîne. On est des fois 23 à l’entraînement, c’est bien. On peut faire un bon travail. J’espère que ça continuera comme ça. »

  

En poste depuis bientôt trois mois, Olivier Haessig ne regrette pas son choix de s’être lancé dans le coaching d’une équipe féminine. « C’est le Président qui m’a demandé (Jérôme Jund) », indique-t-il.
« Après réflexion, je me suis dit que ça allait être un nouveau challenge pour moi. Il y a une grosse différence de niveau, entre celles qui débutent et les autres qui ont déjà joué. Des fois, on reprend les bases du foot. C’est intéressant. En tant qu’entraîneur, on a du plaisir à reprendre les choses depuis le début. »  


Twitshot
Commentaires

Pas de commentaire


Petites annonces


© 2015-2018 Maxi Flash • Tous droits réservés • Réalisation : Jordel Médias
Plan du siteMentions légales