Maxi Flash Maxi Flash sur Facebook Flux RSS


Génération 90 !


Le 17 février, les Worlds Apart, Corona, Lou Bega et tous ces artistes qui ont marqué bien plus que les années 90, se retrouveront sur la scène du Zénith de Strasbourg pour Forever 90 ! On a rencontré Frank, des 2Be3, qui y sera lui aussi, avec Génération Boys Band !
  

Lorsque vous avez formé le groupe Génération Boys Band, c’était une surprise pour vos fans !

Frank Delay : L’idée m’est venue il y a environ 5 ans, en découvrant que les Backstreet Boys avaient fusionné avec les New Kids on the Block. Je trouvais l’idée intéressante ! J’ai appelé Chris Keller des G-Squad, qui était pour moi le meilleur chanteur du phénomène, et nous avons choisi ensemble Allan Théo, qui à l’époque représentait un Boys Band à lui tout seul. 

 

Pourquoi ne pas vous être lancé dans une carrière solo ? 

F.D. : Je me suis rendu compte que ce n’était pas pour moi que de monter seul sur scène. J’aime bien partager la scène. Et lors des déplacements, c’est beaucoup plus sympa d’être ensemble ! Avec Allan et Chris, on a tous le même état d’esprit, il n’y a que des bonnes ondes et on est très complémentaires. 

 
C’était un besoin pour vous que de remonter sur scène et de chanter à nouveau ? 

F.D. : Pendant ces 20 ans je l’avais dans le coin de la tête : quand on a connu l’adrénaline de la scène on n’a qu’une envie, c’est de
remonter ! Comme on avait un peu marqué les années 90, on se devait de rechanter nos titres. Et des titres de Boys Band, il y en a eu énormément ! On a le choix, on pioche dans nos répertoires,
dans ceux des Backstreet Boys, des Worlds Apart, on a de quoi s’amuser !

 

Quel est l’objectif principal de Génération Boys Band ? Voulez-vous garder cette image de garçons romantiques ? 

F.D. : Oh non à 40 ans passés, on ne l’est plus trop. On a tous eu des travers de carrière (rires) ! L’objectif c’est de prendre du bon temps en remontant sur scène ! 

 

Ça vous fait un programme chargé ! Car entre temps, vous avez aussi démarré une carrière de comédien… C’était un rêve de gosse ? 

F.D. : Oui ! Avec les 2be3, c’est la passion de la scène qui nous rassemblait, et chacun de notre côté, on avait envie d’être comédiens. On a eu l’opportunité de jouer notre propre rôle dans une série sur TF1 ! Aujourd’hui, je joue dans des pièces de théâtre, et dans la série Les Mystères de l’Amour.

 

Aujourd’hui « Partir un jour » fait encore danser. Même les nouvelles générations connaissent et s’amusent sur cette chanson ! 

F.D. : Ce n’est que du plaisir ! Même les copains de mes fils connaissent cette chanson. C’est un peu l’emblème de ces années de folie, on est un peu le porte-drapeau de ce phénomène. 

Quand on la chante, on se retrouve 20 ans en arrière, et nos fans aussi !

 
Gardez-vous des souvenirs insolites de la grande époque des Boys Band ?

F.D. : Il nous est arrivé pas mal de choses. La 1ère fois qu’on a fait un gala, on était en Corse dans une boîte, dans laquelle il n’y avait pas de scène. On dansait au milieu du public. A un moment, il y a eu une coupure de courant et tout le monde s’est jeté sur nous ! On n’a rien compris, on était complètement en dessous et étouffés. C’était un peu spécial !

 

Si vous pouviez retourner dans les années 90, quel est l’objet que vous récupéreriez ?

F.D. : J’étais un grand fan de baskets. Il y a des modèles de Sneakers que j’aime bien qui ne sont pas forcément ressortis… Mais aujourd’hui on refait tout en mieux (rires).

 

De qui étiez-vous fan, à cette époque ? 

F.D. : Il y avait l’incontournable Michael Jackson, et j’aimais bien les Boys Bands américains aussi. J’étais aussi fan de la «New Jack», un rythme funk et un peu électro. 

 

A l’image des concerts hommages aux années 80, le 17 février, vous partagerez la scène avec les Worlds Apart ou encore Lou Bega dans Forever 90, au Zenith de Strasbourg. Est-ce que vous aussi, vous êtes entrés dans la légende ? 

F.D. : (Rires) Oh non ! C’est trop tôt ! On en reparlera dans 20 ans ! 


Twitshot
Commentaires

Pas de commentaire


Petites annonces


© 2015-2018 Maxi Flash • Tous droits réservés • Réalisation : Jordel Médias
Plan du siteMentions légales