Maxi Flash

Funeste destin et hommage patriotique


Il y a un mois, le comité local du Souvenir français a fait installer une plaque en mémoire du résistant bischwillerois Eugène Prévôt. Retour sur le parcours de ce héros mort pour la France.

  

A Bischwiller, la rue qui relie la place de la Liberté et la rue du Général Rampont portait déjà son nom. Désormais, s’ajoute une plaque commémorative, installée sur la façade de la maison où habitait Eugène Prévôt.

 

Résistant des 2 guerres

Né le 14 novembre 1884, Eugène Prévôt a 30 ans lorsque la 1ère Guerre mondiale éclate. Mobilisé sur le front de l’Est par l’armée allemande, le jeune soldat décide de déserter, pour rejoindre les rangs des engagés volontaires alsaciens. 

S’ensuit une période de répit de 20 ans, entre 1919 et 1939, lors de laquelle il prend part à la vie de sa commune natale, et fonde notamment la Société de Gymnastique.

 

C’est lors du 2nd conflit mondial, lorsque l’Alsace est à nouveau annexée par les Allemands, qu’Eugène Prévôt devient une figure emblématique de la résistance. « Persuadé que la France avait perdu une bataille mais pas perdu la guerre, il mit toute son ardeur et toute son âme à l’œuvre d’un prochain retour de la justice et de la liberté. Ce fut une œuvre discrète mais très efficace ; et pas mal de prisonniers français, par son intermédiaire, ont pu être rapatriés » était-il écrit dans les Affiches de Bischwiller du 26 mai 1945, publiées peu de temps après son inhumation. 

 

Eugène Prévôt apporte de la nourriture aux prisonniers du camp d’Oberhoffen, et participe au réseau d’évasion de Haguenau, mis sur pied par le Dr Flesch et Caroline Muller, une résistante surnommée « Tante Jeanne ». A cette époque, le restaurant Schreiber, place de la Liberté, était un dépôt de vêtements destiné à rhabiller les évadés, et la quincaillerie Fritz servait à les abriter pour la nuit, avant qu’ils fuient en Moselle.

 

Mort pour la France

Dans le collimateur de la Gestapo, Eugène Prévôt est arrêté en 1943. Il est interné 4 mois au camp de Schirmeck, d’où il réussit à s’échapper pour se réfugier clandestinement à Haguenau. 

 

Lorsqu’en novembre 1944, la 2e DB du Général Leclerc libère Strasbourg, Eugène Prévôt endosse le rôle de Maire de Bischwiller par intérim ; il en profitera pour décrocher les portraits du Führer. 

 

Mais cette fois-ci le répit fut de courte durée, car ses prédécesseurs, le Bürgermeister Liewer et l’Ortsgruppenleiter Braun, profitant d’une courte réapparition dans la ville, éditent à son encontre un mandat d’arrêt. Un conseil de guerre, tenu à Rœschwoog, condamne Eugène Prévôt à mort, au motif qu’il est le chef local de la résistance. Le 1er décembre 1944, quelques jours après son 60e anniversaire, il est exécuté par les nazis d’une balle dans la nuque, dans la forêt de Koenigsbrück (Leutenheim) et enterré sur place. Après de longues recherches, sa dépouille fut retrouvée, et il put enfin être enterré, le 14 avril 1945, au cimetière de Bischwiller. Il est reconnu « mort pour la France » et est décoré à titre posthume de la médaille de la résistance.

 

Devoir de mémoire

Parce qu’il est important de connaître ces pans de notre histoire, le comité local du Souvenir français de Bischwiller a, pour la 1ère fois, réalisé une plaque commémorative, qui a été apposée le 2 décembre, en présence des autorités locales. « Le devoir de mémoire fait partie de nos missions », explique Maurice Bartholomé, son Président. 

 

Fondé en 2007, le comité bischwillerois, qui compte 133 membres, fait partie des petits nouveaux au sein de l’association nationale. Créée au lendemain du conflit de 1870, celle-ci est divisée en plusieurs délégations départementales, comme celle du Bas-Rhin, qui regroupe 34 comités locaux. 

 

Tous ont vocation à préserver la mémoire de civils et militaires tombés pour la France, en entretenant leurs tombes, en organisant des cérémonies patriotiques et autres manifestations nationales ou locales, et en transmettant le flambeau aux jeunes générations.   


Twitshot
Commentaires

Pas de commentaire

Ajouter un commentaire

Imprimer     Fermer