Maxi Flash Maxi Flash sur Facebook Flux RSS


Fier comme un coq


Le 4 mars dernier, l’éleveur bischwillerois Gérard Lutz a décroché le grand prix «Alex Wiltzer» lors du 115e Salon d’aviculture de Paris, organisé dans le cadre du Salon international de l’Agriculture.

 

Le 115e Salon d’aviculture de Paris, qui s’est tenu à Paris du 24 février au 4 mars dans le cadre du 55e Salon international de l’Agriculture, a drainé cette année 672 568 amoureux du monde rural. Certes, Emmanuel Macron y a adopté une poule pour disposer d’œufs frais à l’Elysée, mais l’information qu’en retiennent les éleveurs de la région est toute autre : c’est un Alsacien, le Bischwillerois Gérard Lutz, qui a eu la fierté de remporter le grand prix
« Alex Wiltzer » de la SCAF (Société Centrale d’Aviculture de France), décerné cette année dans la catégorie « volailles ».

 

Une première participation

Une belle reconnaissance pour l’aviculteur nord-alsacien, membre de la société d’aviculture de Bischwiller, d’Herrlisheim, ou encore d’un club spécialisé à Stuttgart.
« Je suis éleveur depuis 1964 ! Dans le temps, il n’y avait pas de télé, alors on élevait des poules, des lapins et des pigeons. Pendant 40 ans j’ai élevé des pigeons, j’ai même déjà exposé à Paris dans les années 70-80. Aujourd’hui je possède 4 parcs d’élevage de poules. C’était ma 1ère participation avec des coqs ; ce sont des collègues qui m’ont poussé à le faire, et c’était super ! ». 

 

Un coq d’une race rare

Comme lui, ils étaient quelques 165 exposants à avoir présenté environ 1500 des plus beaux spécimens de leurs poulaillers. L’aviculteur nord-alsacien avait quant à lui enlogé 2 coqs Cochin blancs, et un trio (1 coq et 2 poules) de Cochin Perdix, qu’il a transportés dans sa camionnette avant de les laisser aux mains du jury.

 

Les Cochin sont une espèce très rare en France. Ils sont originaires de la province de Guangdong au sud de la Chine – et non de l’ancienne colonie Cochinchine (actuel Vietnam) comme son nom semblerait l’indiquer. « C’est la race la plus grande avec la Brahma, et la plus lourde aussi, jusqu’à 5 kg pour un coq adulte. Elle est reconnaissable physiquement par l’emplumage de ses pattes : le doigt du milieu et les doigts extérieurs sont recouverts de plumes. Celui qui a gagné était mon petit préféré ! Il est né au printemps 2017, je ne l’avais pas mis en reproduction, pour éviter que ses plumes ne se cassent ; et il a fallu le soigner comme un bébé pour garder son plumage blanc éclatant », décrit Gérard Lutz.

 

C’est ensuite des mains du Président de la SCAF, Gaston Harter, qu’il a reçu le précieux trophée, une plaquette bleu-blanc-rouge, qu’il « pense accrocher dans sa volière ».  


Twitshot
Commentaires

Pas de commentaire


Petites annonces


© 2015-2018 Maxi Flash • Tous droits réservés • Réalisation : Jordel Médias
Plan du siteMentions légales