Maxi Flash Maxi Flash sur Facebook Flux RSS


Deux jours fous de fous-rires !


La 3e édition du Festival d’humour du Pays Rhénan s’est achevée sur un succès : organisation digne de professionnels, sketchs variés couronnés par trois prix, public hilare, le tout dans une salle pleine à craquer.
 

L’association Les Rhénanés a réussi son coup : tout le monde avait le sourire jusqu’aux oreilles, en quittant la salle de spectacle du centre socio-culturel d’Herrlisheim, samedi 3 février. Et ce n’est pas peu dire : il a même fallu rajouter des chaises pour caser les 328 spectateurs venus assister au Tremplin de l’humour, dont une centaine à s’être déplacés les 2 soirs d’affilée.

 

Le festival avait commencé sur les chapeaux de roue dès le vendredi soir, avec les spectacles des 2 humoristes Timothé Poissonnet et Thierry Marquet, dont le capital sympathie a largement conquis l’assistance. Pour le plus grand bonheur du public nord-alsacien, ils ont enchaîné le samedi en formant un duo cocasse chargé d’animer le Tremplin… en attendant « la Tompola » (lire avec l’accent !).

 

Une variété d’humours différents

Six jeunes talents venus des 4 coins de France se sont donc succédé samedi, disposant chacun de 20 minutes pour conquérir le cœur du public et du jury, tous deux amenés à décerner un prix. 

Entre le timide poète Pierre-Alexandre, la tonitruante Milouchka, le dynamique touche-à-tout Didou, le nonchalant et grinçant Tristan Lucas, l’audacieuse fofolle Emilie Delétrez et le désinvolte et souriant Biscotte, le choix n’était pas simple.
Au point que le jury, présidé par le directeur du festival du rire de Cavaillon Laurent Legras, remette finalement 2 distinctions : le prix du jury à Tristan Lucas, et un prix coup de cœur à Pierre-Alexandre. Quant au public, il a plébiscité Didou. De jeunes talents qui auront donc le privilège de revenir pour la 4e édition du festival. Vivement l’année prochaine !  

 
 

Tristan Lucas, prix du jury

35 ans, originaire de Caen.

 
Les sujets que tu abordes sortent de l’ordinaire, et permettent de rire de choses dont on ne rirait pas forcément habituellement. Où trouves-tu ton inspiration ?

J’observe ce qui se passe autour, les habitudes des gens, je note tout. J’ai toujours eu un petit carnet, c’est comme mettre un caleçon le matin, si je l’ai pas y a un truc qui manque ! C’est une manière de mettre le doigt sur la bêtise parfois de l’humain. Je parle de plus en plus de voyages car c’est une passion, comme je dis, si je n’ai pas de voyage de prévu dans les 6 prochains mois je ne suis pas bien. Là mon prochain voyage à l’étranger sera la Russie.

 

Es-tu aussi cynique dans la vie de tous les jours ?

Je suis pareil sur scène qu’en dehors, je suis taquin ! Je fais du « cynisme bienveillant ». Je prends pas mal de recul, pour moi à part mourir ou perdre quelqu’un, ce n’est pas grave. Je me suis fait voler mon vélo électrique, je suis dégouté, mais je vais bien, je suis bien entouré, c’est pas la fin du monde. Il faut faire un petit pas de côté qui crée le cynisme : on se fait moins chier quand on peut rire de tout !

 

Comment as-tu vécu la soirée de samedi ?

C’était vraiment très cool ! Pour nous c’est toujours un peu long dans les coulisses, tu as envie d’aller en découdre ! J’étais frustré de n’avoir que
20 minutes, 300 personnes qui sont là, tu as les manettes, tu sens qu’ils sont avec toi, ils sont hyper attentifs, ça répondait super bien !

 

Tu reviendras jouer l’année prochaine. Est-ce qu’il s’agira du spectacle « En douce », et quelles surprises nous réserve ton spectacle intégral ?

D’ici l’année prochaine, le titre et l’affiche changeront. Le spectacle est un objet qui est hyper malléable, même moi je ne sais pas encore ce qu’il y aura dans mon spectacle dans un an !

 

Didou, prix du public

30 ans, originaire de Monbazillac

 
Ton vrai nom est Xavier Dupont. Pourquoi avoir pris le pseudonyme de Didou ?

On m’a toujours appelé comme ça, quand j’étais petit, même à l’école, c’est un truc de famille.

 

Comment as-tu vécu cette soirée de samedi ?

On a été accueillis de manière royale et mis à l’aise par les organisateurs. La salle et le public étaient vraiment chouette. Pour moi les choses se sont déroulées de la meilleure des façons, j’en garde un super souvenir, c’est même l’une de mes meilleures expériences de scène.

 

Etait-ce ta 1ère scène en Alsace ?

Il y a quelques semaines, j’ai participé à la tournée du Point Virgule, à Altkirch. Pour être honnête le public n’était pas du tout le même, la grande classe par chez vous !

 

Comment s’appellera le spectacle intégral que tu joueras l’année prochaine et quelles surprises nous réservera-t-il ?

Il s’appellera simplement « Didou ». On retrouvera des choses présentées lors du Tremplin, et d’ici là il y aura des nouveautés : les relations de famille, les vacances, les constats amiables, des petits coups de gueule… Pas mal de sujets. Et de l’improvisation, je ferai monter quelqu’un sur scène pour un atelier découverte, mais je ne peux pas en dire plus !

 

Pierre-Alexandre, coup de cœur du jury

34 ans, originaire de Tours

 
Tu as choisi un créneau particulier, l’humour en musique. Comment en es-tu arrivé là ?

J’ai commencé tout petit par la musique avec le piano. Dès le collège j’ai attaqué le théâtre et après, en découvrant un groupe, les Wriggles, je me suis mis à la guitare, j’ai composé mes chansons et je suis parti sur un spectacle d’humour, je voulais en faire depuis tout petit. 

 

Comment as-tu vécu la soirée de samedi ?

Super ! j’ai pris beaucoup de plaisir. Par rapport à ce que je fais qui est un peu
« bâtard », on ne me considère pas toujours à 100% comme un humoriste, alors avoir un prix quand même, ça fait super plaisir ! 

Ton spectacle s’appelle « Quand ça veut pas »,
tu y abordes des thèmes originaux, comme les risques du métier de moniteur d’auto-école, les galères des péages et les grèves des transports. Quelles autres surprises nous réserve ton spectacle intégral ? 

Je parle de plein de sujets, le métier de surveillant, car je fais ça à côté comme je ne vis pas de mes chansons, la St Valentin, sa 1ère voiture, l’épilation… C’est un peu l’histoire de ma vie, avec les galères que j’ai pu avoir pour en arriver là. Il y a une part d’autobiographique, mais l’idée c’est que les gens s’y retrouvent aussi.


Twitshot
Commentaires

Pas de commentaire


Petites annonces


© 2015-2018 Maxi Flash • Tous droits réservés • Réalisation : Jordel Médias
Plan du siteMentions légales