Maxi Flash Maxi Flash sur Facebook Flux RSS


Des étoiles, un voyage et des photos


Haguenovien, photographe amateur, et toujours la tête dans les étoiles, Vincent Camerano a décidé de mettre son art au profit de l’environnement. Il a récemment réalisé une série de photographies en Islande pour sensibiliser aux conséquences du réchauffement climatique. 

 

Il y a quelques années, Vincent se prend de passion pour la photo. « J’ai acheté un appareil un peu par hasard. J’ai suivi quelques tutoriels et j’ai commencé par photographier des paysages. Un jour en 2015, je suis tombé sur une chaîne Youtube qui parlait d’astrophotographie ». 

 

Quelques bases en astronomie

Jusque-là, l’astronomie et les étoiles n’avaient jamais été sa spécialité. Il décide alors de s’y essayer. « J’avais envie d’apprendre. Au début, je ne savais pas par quoi je devais commencer. Je n’avais que les bases : le système solaire par exemple. J’ai trouvé du contenu très bien vulgarisé qui m’a donné envie de continuer ». 

 

Arrive alors la nuit de sa 1ère sortie. « La 1ère fois, je n’avais pas pensé à regarder la météo, et forcément, il a plu », rit-il. Mais il apprend de ses erreurs et s’améliore de jours en jours. « Désormais, je consulte la météo avant, pendant et après, je me renseigne aussi sur la pollution lumineuse : plus on est proche d’une ville, moins on voit ce qu’il y a dans le ciel, car toutes les lumières de la ville s’y reflètent ».  Ce qu’il apprécie particulièrement dans l’astrophotographie, c’est l’impression, chaque soir, de partir à l’aventure. « Ça me pousse à découvrir de nouveaux endroits pour observer et photographier les étoiles ». 

 

Bien observer les étoiles

Pour ce faire, il commence par suivre quelques recommandations générales.
« Les bons spots se situent en général entre les villes, là où il y a des champs. Pour les trouver, j’utilise des vues satellites, mais aussi des cartes de pollution lumineuse. Ça ne fonctionne pas à tous les coups, parfois je tombe sur des endroits difficilement accessibles, mais ça fait partie du jeu ». Vincent insiste sur l’intérêt de se renseigner avant : « certains endroits peuvent être privés ou dangereux, attention à ne pas atterrir en zone de chasse par exemple, et de toujours respecter l’environnement ». 

 

Aujourd’hui, Vincent a également rejoint Nemesis, le club d’astronomie de Saverne.
« Il est composé de personnes talentueuses qui aiment partager leur passion et organisent plusieurs événements publics ». 

 

Où observer les étoiles

«L’idéal est d’aller en montagne, loin de toute population. En Alsace, nous avons la chance d’avoir l’un des meilleurs spots d’Europe : le Champ du Feu. Mais pas besoin d’aller aussi loin. L’endroit que je préfère est le Château du Haut-Barr à Saverne, c’est là
que se réunit le club d’astronomie».
 

 

Il propose aussi de découvrir un spot à Soultz-Sous-Forêts, à côté d’un bunker sur la ligne Maginot.
« L’intérêt, c’est aussi d’en découvrir par soi-même ». 

 

Les nuits des étoiles

L’été est certainement l’une des plus belles saisons pour lever la tête. Chaque année au mois d’août, des milliers d’étoiles filantes courent dans le ciel. En 2018, elles auront lieu les 3, 4 et 5 août. Des centaines de sites se préparent à accueillir des milliers de visiteurs. Ce sera le cas à Saverne, Strasbourg ou encore à Kintzheim. Les nuits des étoiles seront placées sous le signe de Mars, car la planète rouge dominera le ciel.

 

Un voyage en Islande

L’année dernière, Vincent part en voyage en Islande, dans l’idée de découvrir ses paysages à couper le souffle. « Cette passion pour les étoiles m’a poussé à découvrir des tas de choses, à voyager. Je voulais profiter de ce voyage pour m’améliorer en photographie. Mais sur place, je n’ai pas vu ce que j’attendais. Par rapport aux photos que j’avais pu voir sur internet, des choses avaient disparu. C’est là que je me suis rendu compte que nous sommes des grains de sable qui mettons un bazar pas possible sur la planète ». 

 

Une prise de conscience

Lors d’une randonnée sur un célèbre glacier de 250m de haut, il commence à réaliser. « Le guide nous a raconté que le glacier perd 7cm par jour, même en hiver, soit 25m par an. Dans 10-15 ans, il n’existera plus. Le lendemain, j’ai compris que le lac près duquel je me promenais était aussi un glacier à l’origine. En regardant mes photos, j’ai aussi remarqué que je n’avais vu aucun animal, alors que c’était la saison… ». 

 

Sensibiliser par l’art

Il décide alors d’agir, à sa petite échelle, grâce à ses photographies. « Je me suis dit que j’avais une bonne opportunité entre les mains, et que je pourrais donner plus de sens à mes photographies en les utilisant pour sensibiliser le public. Je voudrais montrer que oui, le réchauffement climatique existe vraiment. Le seul moyen de lutter, c’est de faire un effort collectif ». 

 

Insurrection 

« Les 9 photos qui composent la série sont toutes interconnectées et ont toutes moins ce même but, de mettre en avant la puissance des éléments et d’appeler au respect. Ainsi est né le nom de la série et du projet : Insurrection ». Ce projet, c’est un site internet, mais aussi une série d’œuvres mises en vente, et dont 80% des bénéfices sont reversés à Greenpeace France. 

 

Pour découvrir le travail de Vincent,
rendez-vous sur www.insurrection.photo   


Twitshot
Commentaires

Pas de commentaire


Petites annonces


© 2015-2018 Maxi Flash • Tous droits réservés • Réalisation : Jordel Médias
Plan du siteMentions légales