Maxi Flash Maxi Flash sur Facebook Flux RSS


Décapant Farfelu, Déroutant


Chaque année depuis 10 ans, le Festival Décalages s’attèle à casser la grisaille et la routine de janvier. Innovant et atypique, il symbolise une collaboration réussie des Scènes culturelles du Nord-Alsace.

  

Des spectacles improbables et inattendus, qui déforment les conventions de l’écriture scénique et visent à susciter auprès du public le débat, la controverse voire la dispute ». 

Créé en 2009, le Festival Décalages s’est imposé comme un événement culturel majeur du nord de l’Alsace. Sa 10e édition se déroulera du 16 au 27 janvier.

 

Six salles, un réseau

A l’origine du Festival Décalages, se trouvent les six salles de spectacle nord-alsaciennes de Bischwiller (la MAC), Haguenau (le Théâtre), Reichshoffen (la Castine), Saverne (l’Espace Rohan), Soultz-sous-Forêts (la Saline) et Wissembourg (la NEF). 

 

«Dès les années 1993-94, tous ces relais culturels [sauf la Saline, qui n’a été créée qu’en 2000] se sont retrouvés pour travailler en commun, harmoniser leurs programmations et mener des actions culturelles communes», se rappelle Pascal Hachard, Directeur de la Castine. « Ensemble, nous avons d’ailleurs créé le Festival Paroles d’hiver Alsace, autour de l’oralité. Mais pour des raisons techniques d’organisation, il nous est apparu plus simple de nous constituer en association : les Scènes du Nord-Alsace, qui existe depuis le 17 avril 2000 ». Le but de cette collaboration est de pouvoir mutualiser les moyens humains, techniques et financiers. « C’est simplement qu’à plusieurs, on est plus forts, plus pertinents, on ne reste pas dans notre bulle », témoigne Eric Wolff, Directeur du Théâtre de Haguenau depuis 4 ans. «Cela nous permet de nous rencontrer, d’échanger, on met en place des formations pour les personnels de chaque structure, nous avons une rencontre annuelle de l’ensemble de nos équipes. C’est un réseau de proximité, qui correspond à notre mission quotidienne de culture de proximité», complète Pascal Hachard.

 

Mise en valeur de l’Alsace du Nord

Depuis 17 ans donc, l’association a impulsé une nouvelle dynamique culturelle, spécifiquement sur le territoire nord-alsacien. Si par le passé, le relais culturel d’Obernai (l’Espace Athic) en faisait partie, il en est finalement sorti ; et d’après les 2 Directeurs de Reichshoffen et Haguenau, il n’est pas spécialement prévu que d’autres salles rejoignent l’association. « On est très centrés sur la mise en valeur de l’Alsace du Nord ; les autres relais culturels, au sens du label accordé par le Département, étant tous situés au sud de Strasbourg », explique le Directeur de la Castine. Les Scènes du Nord-Alsace sont donc « un réseau ancien, qui fonctionne bien, et a permis que l’on soit une vraie force de proposition sur le spectacle vivant en Alsace du Nord », indique Eric Wolff. « Ainsi, nous sommes visibles sur l’ensemble du département, mais aussi de la région et de la nouvelle grande région. Il n’y a pas non plus pléthore de réseaux comme celui-ci, c’est entièrement bénéfique pour notre territoire et pour nos structures ».

Soutien à la création et coproductions

A lui seul, le réseau des Scènes du Nord- Alsace propose chaque saison près de 200 spectacles vivants originaux et de qualité. 

 

Mais les six relais culturels vont plus loin : tout au long de ces presque 2 décennies, ils se sont alliés pour coproduire certains spectacles. 

Citons par exemple, une collaboration de 2013 avec le chanteur et musicien pour enfant Hervé Demon, et qui a permis à 7 classes des 6 communes concernées de créer des chansons qui ont ensuite été présentées sur scène ; ou encore un travail commun des différentes Harmonies, qui a abouti à la représentation d’une pièce dans la cour du Château des Rohan, à Saverne. 

 

Dans le cadre de sa mission d’accompagnement artistique, l’association des Scènes du Nord-Alsace s’est aussi largement engagée en faveur de l’aide à la création contemporaine. Ainsi, depuis 2016, elle propose ce qu’on appelle une résidence de création. Un appel à projet a été lancé, qui était ouvert à tous les acteurs de la région Alsace œuvrant dans le domaine du spectacle vivant.  Parmi les 15 candidatures réceptionnées, c’est la compagnie La Lunette-Théâtre, de Schiltigheim, qui a été sélectionnée pour son spectacle Wannsee Kabaré, écrit et mis en scène par Thierry Simon. Grâce au soutien de l’association, ce spectacle a été diffusé dans 4 salles du réseau nord-alsacien, et la compagnie a bénéficié de tous les moyens matériels et humains nécessaires pour se produire. 

 

Cette aide à la création a d’ailleurs été renouvelée pour la saison 2017-2018. Pour cette 2e édition, plus de 30 candidats se sont manifestés ; et c’est la compagnie strasbourgeoise La Chair du Monde qui a été retenue, pour son spectacle Tentative de disparition, mis en scène par Charlotte Lagrange. Il a déjà été diffusé à Haguenau, au Musée du Bagage, en octobre dernier, et sera programmé dans les autres relais culturels du réseau aux mois de mars et avril prochains.

 

Ces coproductions et ces résidences de création comportent un autre volet essentiel pour les Scènes du Nord-Alsace : la médiation culturelle, c’est-à-dire les échanges entre les artistes et le public alsacien. 

Ainsi, 208 heures d’interventions et d’ateliers ont été prévus pour que la compagnie La Lunette-Théâtre aille à la rencontre des élèves des différents collèges et lycées du territoire. 

Et pour la saison en cours, Charlotte Lagrange travaillera avec différents groupes de tous âges et de toutes conditions, dans chacune des villes du réseau. Sous la forme d’ateliers, les participants feront des exercices d’écriture et d’improvisation théâtrale. Les produits de ces ateliers seront ensuite enregistrés, et diffusés en amont du spectacle Tentative de disparition, ainsi qu’au moment des Nuits de la Culture à Haguenau.

 

Hors des sentiers battus

« Il nous a semblé, à un moment donné de notre existence, que cela faisait partie de notre mission de proposer au public des choses qu’ils n’avaient pas forcément l’habitude de voir, d’aiguiser leur curiosité avec des spectacles décalés », énonce Pascal Hachard. « Tous les directeurs et directrices voient énormément de spectacles durant l’année, on a toujours dans notre sac l’un ou l’autre spectacle que l’on a vu qui est drôle, génial, mais qui, parce qu’il parle de quelque chose de farfelu, ou parce que son rapport au public est différent, peut être déroutant. On se dit que ce serait super de l’accueillir, mais que posé seul dans une saison, ça peut ne pas marcher. Forts de ce constat, nous avons ensemble décidé, plutôt que de ne pas le proposer, d’en faire une force, d’en faire un événement », ajoute Eric Wolff. 

 

Ainsi naissait, il y a 10 ans, le Festival Décalages. Les Scènes du Nord-Alsace y proposent des spectacles pluridisciplinaires, qui sont soit des créations, soit des spectacles inédits en Alsace, soit des spectacles retenus pour leur caractère original, offrant ainsi un regard neuf sur ce qui existe au niveau de la scène contemporaine. 

 

Chaque lieu choisit son spectacle, soit 6 représentations uniques dans chacun des 6 relais culturels de l’association. Et toujours dans un esprit de mutualisation et de proximité, l’association a mis en place des navettes et du covoiturage gratuits pour se rendre aux différentes salles du réseau, ainsi qu’un abonnement à tarif préférentiel: dès 3 spectacles, le coût du billet passe à 10 euros. Ainsi, pour les curieux qui souhaiteraient assister aux 6 représentations, cela ne leur coûtera que 60 euros. « C’est le 2e aspect de ce festival : il permet au public de se déplacer ailleurs que dans son lieu culturel habituel », indique le Directeur de la Castine. 

Une 10e édition haute en couleur

Pour son 10e anniversaire, le Festival Décalages se propose de « célébrer la relation amoureuse déjantée, baisers acides où la scène se fixe l’impossible mission de remettre de l’ordre dans le désordre amoureux ». 

 

-Mardi 16 janvier à 20h30, 

Espace Rohan à Saverne

Animaux de béance – Compagnie Li(luo)  Danse contemporaine

Dans sa nouvelle création, la chorégraphe Camille Mutel revisite la question des genres, partant du principe que la définition de qui nous sommes est plus complexe que la simple enveloppe corporelle. S’inspirant de rituels anciens festifs et carnavalesques (danse japonaise de butō, Argia de Sardaigne…), seront sur scène une danseuse, un contre-ténor et performeur queer et une chanteuse expérimentale, qui proposeront une spectacle animal entre nudité et costumes à poils. 

Durée : 1h05 - A partir de 16 ans

Infos/Réservations : 03 88 01 80 40

www.espace-rohan.org

Bus gratuit à partir de Bischwiller

 

-Jeudi 18 janvier à 20h30, 

NEF de Wissembourg

Bovary, Les films sont plus harmonieux que la vie – Compagnie Barbès 35 – Théâtre 

C’est une mise en scène résolument moderne, mêlant habilement théâtre, projection vidéo et musique qu’offre ici Cendre Chassanne. Partant du constat que c’est Truffaut qui aurait dû faire le film, plutôt que Chabrol, elle se prend à écrire le film comme elle l’a toujours rêvé, et au passage, c’est toute la société et ses dérèglements qui sont épinglés.

Durée : 1h10 - A partir de 13 ans

Infos/Réservations : 03 88 94 11 13

www.ville-wissembourg.eu 

Bus gratuit à partir de Reichshoffen

 

-Mardi 23 janvier à 20h30, 

Théâtre de Haguenau

Le délirium du papillon – Typhus Bronx
Clown caustique

« On est dans une histoire unique jouée par un seul comédien [Emmanuel Gil], dont la prestation est impressionnante. On est dans la tête d’un malade mental dans un hôpital psy, on ne sait pas où est la frontière, s’il nous parle à nous ou à lui-même, c’est très
drôle ! »
décrit Eric Wolff.

Durée : 1h - A partir de 14 ans

Infos/Réservations : 03 88 73 30 54

www.relais-culturel-haguenau.com

 

-Mercredi 24 janvier à 20h30, 

MAC de Bischwiller

Chansons à risques – Duo Bonito, Compagnie Les Nouveaux Nez – Récital clownesque

C’est un duo explosif composé d’Elle, femme de ménage pétillante qui se rêve chanteuse d’opéra, et de Lui, homme-orchestre introverti. Il recycle épaves et plomberie pour en faire des instruments, et sait jouer de tout… sauf d’Elle ! 

Durée : 1h15 - A partir de 8 ans

Infos/Réservations : 03 88 53 75 00

www.mac-bischwiller.fr

 

-Vendredi 26 janvier à 20h30, 

La Saline à Soultz-sous-Forêts

Adieu ma bien-aimée – Compagnie Facteurs communs – Théâtre musical

A partir de 3 nouvelles de Raymond Carver, ce récital passe au crible 3 couples, 3 histoires d’amour ordinaires entre crise, séparation, tendresse et résilience. La musique rythme les tentatives et les impasses, parfois jusqu’au dérapage.

Durée : 1h15 - A partir de 12 ans

Infos/Réservations : 03 88 80 47 25

www.la-saline.fr

Bus gratuit à partir de Haguenau

 

-Samedi 27 janvier à 20h30, 

La Castine à Reichshoffen

Jean-Marie Machado Trio – Jazz

Machado, Baëz, Temelkovski : 3 musiciens complices, qui ensemble s’évadent et s’affranchissent des codes musicaux pour en explorer la diversité.

« J’avais envie de montrer une facette du jazz qu’on n’a pas forcément l’habitude d’entendre: un accordéon, un piano et des percussions, en jazz ça sort de l’ordinaire ! » indique Pascal Hachard.

Durée : 1h30 - A partir de 8 ans

Infos/Réservations : 03 88 09 67 00

www.lacastine.com

Bus gratuit à partir de Wissembourg  


Twitshot
Commentaires

Pas de commentaire


Petites annonces


© 2015-2018 Maxi Flash • Tous droits réservés • Réalisation : Jordel Médias
Plan du siteMentions légales