Maxi Flash Maxi Flash sur Facebook Flux RSS


De l’humour intégral


Les 2 et 3 février, le Festival d’humour du Pays Rhénan réinvestit les planches du CSC d’Herrlisheim. 

Et l’association les Rhénanés vous a réservé de nombreuses surprises.
 

L’an dernier, le Centre socioculturel d’Herrlisheim était plein à craquer, avec quelques 600 spectateurs sur les deux soirées. Et cette 3e édition du seul festival d’humour de la bande rhénane d’Alsace du Nord promet à nouveau d’être un succès.  Pour ouvrir le bal, l’association Les Rhénanés, menée par la famille Rieger, proposera pour la 1ère fois cette année 2 spectacles en intégralité dès le vendredi soir. 

 

Plébiscité par le public et le jury l’an dernier, Timothé Poissonnet, est loin de tourner en rond : il a déjà été récompensé 16 fois en festivals d’humour pour son originalité. Avec son spectacle « Dans le bocal », il aborde avec frénésie tous les sujets, à l’image de la société zapping dans laquelle nous vivons. « Il fallait oser, il a un tempo complètement différent, c’est très moderne. Nous avons eu un réel coup de cœur et on a été très content que ça ait plu l’année dernière », confie Patricia Rieger.  

 

Thierry Marquet fut, quant à lui, révélé par les émissions de Ruquier « On n’demande qu’à en rire » et « On a tout essayé ». Au cours de plus de 15 ans de café-théâtre, il est passé maître dans l’art de disséquer la société, avec une bonne louche de cynisme. « Il est interactif et en communion avec le public, c’est du spectacle vivant. Il a un naturel en scène, on ne voit pas le temps passer. Il parle du quotidien et nous surprend », décrit la Présidente de l’association. Alors en attendant vendredi, les 2 humoristes actuellement en tournée nationale ont accepté de se confier.

 

Thierry Marquet :

Pour ceux qui ne vous connaissent pas encore, comment vous décririez-vous, vous et votre humour ?

J’ai un humour pince sans rire, et sinon je suis grand et j’ai plus de cheveux !

Connaissez-vous certains des candidats au Tremplin de l’humour qui aura lieu le samedi soir ?

Je connais un peu Milouchka et Didou, mais surtout Emilie Delétrez. Vous voulez une anecdote ? On a commencé un peu ensemble, on jouait nos spectacles à Aix en Provence, elle dans un théâtre et moi dans un autre. On mangeait une glace et elle me dit qu’elle est bonne mais qu’elle a une odeur bizarre. Comme un idiot j’ai senti et elle me l’a foutu dans le nez. Vous voyez la blague ? C’est un souvenir que j’ai d’elle. Depuis j’utilise cette blague assez régulièrement au mois de juillet.
 

Que ressentez-vous lorsque vous jouez chez vous, en Alsace ?

Je suis toujours content de jouer en Alsace, peut-être plus que dans une autre région. Je suis content de montrer que j’ai réussi à tourner partout en France alors que je suis Alsacien. A Herrlisheim, je n’ai jamais joué, j’ai joué à Mulhouse, je vais jouer à Sausheim, j’ai joué au Camionneur à Strasbourg pour la première fois en décembre. Mais dans le Nord-Alsace je crois que c’est la 1ère fois. Ils sont bizarres en Nord-Alsace ? (rires)

 

Vous arrive-t-il de vous sentir à côté de la plaque face à certaines évolutions de la société ?

J’espère que je ne suis pas trop ringard ! La société évolue, j’essaie de mettre le doigt justement sur ces évolutions et de les détourner, en remarquant des choses que les gens n’ont peut-être pas remarquées.

 

« Thierry se fait reMarquet », « Cherchez pas le titre c’est Marquet dessus »… Votre nouveau spectacle s’intitule « Saignant mais juste à point », pourquoi avoir arrêté les jeux de mots avec votre nom ? 

Parce que ça faisait ringard justement !
Je voulais un titre plus percutant qui parle à tout le monde. En plus ce n’est pas du tout l’esprit du spectacle que de faire des jeux de mots.

« Saignant mais juste à point », ça veut dire que c’est de l’humour noir mais ça reste familial. C’est grinçant mais tout le monde peut l’écouter. Et ce n’est jamais vulgaire.

 

Si vous aviez à nouveau l’occasion de tourner une caméra cachée, qui piègeriez-vous ?

Pour l’anecdote, là comme ça l’idée me serait venue de piéger Johnny donc ce n’est plus possible. Mais la seule fois où j’en aurais eu l’occasion, quand j’étais encore à France 2, il était tellement charismatique que je n’ai pas osé me lancer. Aujourd’hui, j’aimerais bien piéger Hanouna. Ou Timothé Poissonnet tiens…

 

Timothé Poissonnet :

Pour ceux qui ne vous connaissent pas encore, comment vous décririez-vous ?

Comme un humoriste comme les autres,
très différent.

 

Vous avez inventé l’humour séquentiel, ou l’art de zapper très vite d’un sujet à l’autre. Comment faites-vous pour ne pas perdre le fil ?

Pour pas perdre le fil, j’en n’ai pas, comme ça je le perds jamais, le plus important c’est de se laisser porter.

 

Justement, comment faites-vous pour trouver les sujets que vous abordez, il y en a tellement…

Je m’inspire de notre société, de tout ce que j’observe autour de moi, de ce que je ressens, de ce dont j’ai envie…

 

Qu’est-ce que votre participation au Festival d’humour du Pays Rhénan vous a apporté ?

Déjà, ça m’a apporté la joie de venir rejouer à ce festival, qui est très sympa. C’est un tout jeune festival qui est super bien organisé et où il y a de belles personnes. Et ça m’a apporté 2 prix supplémentaires, puisque j’ai gagné le prix du jury et le prix du public, c’est toujours sympa, ça fait toujours un peu de ‘‘flattage’’ à l’égo !

 

Vous dites que l’on peut rire de tout. Y compris de votre nom ?

Oui, on peut rire de mon nom, y a pas de souci ! Depuis que je suis gosse on rigole de mon nom, alors quand j’étais petit je le vivais peut être moins bien qu’aujourd’hui mais au final, à force d’en rire, je pense que ça m’a donné aussi envie de rire avec tout le monde.

 

D’où le titre de votre spectacle « Dans le bocal »…

Ce n’est pas le jeu de mot le plus important dans le spectacle, puisque le bocal ça représente aussi bcp de choses, faut venir voir le spectacle pour le comprendre.

 

Vous êtes né en 1988. Si vous aviez une « to do list » des choses à faire absolument avant d’avoir 30 ans, qu’y aurait-il écrit dessus en premier ?

Oui je suis né le 26 décembre 1988, en cadeau de Noël ! Ben avant 30 ans, surtout, il faut voyager un maximum ! Parce qu’après franchement quand on fait 12h d’avion qu’est-ce que c’est fatiguant ! Voyagez, voyagez les jeunes !

 

Les 2 humoristes seront également présents le samedi soir : ensemble, ils animeront le Tremplin de l’humour, qui propose de découvrir 20 min du spectacle de 6 humoristes venus des 4 coins de la France. Au programme, il y aura du stand up, de l’humour musical, de l’actualité revisitée, et même du burlesque !   


Twitshot
Commentaires

Pas de commentaire


Petites annonces


© 2015-2018 Maxi Flash • Tous droits réservés • Réalisation : Jordel Médias
Plan du siteMentions légales