Maxi Flash Maxi Flash sur Facebook Flux RSS


CAH : quelles priorités d'actions ?


Depuis 1 an qu’elle a été créée, les élus rassemblés au sein de la Communauté d’Agglomération de Haguenau travaillent à établir des projets pour le territoire, qui seront mis en œuvre à plus ou moins long terme.

 

Le 1er janvier 2018, cela faisait 1 an que la Communauté d’Agglomération de Haguenau (CAH) avait été officiellement créée. Elle est née de la fusion volontaire des 4 Communautés de Communes de la région de Brumath, de Bischwiller et environs, de la région de Haguenau et de Val de Moder. 

 

Avec 36 communes et 95 665 habitants, la CAH est le 4e pôle urbain d’Alsace, et la 10e intercommunalité la plus importante du Grand Est. Vaste de presque 400 km2, la CAH compte pas moins de 8 500 entreprises et 

26 zones d’activités économiques, et totalise 44 000 emplois. 

 

Mais au-delà des chiffres, encore faut-il que la CAH parviennent à s’établir et à se maintenir en tant que territoire uni, cohérent, et fort. C’est pourquoi l’ensemble des élus qui en sont membres se sont attelés, toute l’année dernière, à définir ce territoire, c’est-à-dire à en déterminer les forces, les faiblesses, les risques et les opportunités. 

 

Ils ont ainsi établi un Projet de territoire, dans lequel ils dégagent, d’une part, des axes stratégiques à développer à l’horizon 2030, et d’autre part, des enjeux prioritaires sur lesquels travailler à plus court terme, d’ici à mars 2020, soit la fin de leur mandat communal et donc communautaire. En voici une sélection thématique.

 

Transports et mobilités

« Géographiquement, on est plutôt bien situés. On est au cœur de la région trinationale du Rhin supérieur et formons une passerelle entre les 2 grosses métropoles que sont Strasbourg et Karlsruhe », estime Claude Sturni, Maire de Haguenau et Président de la CAH. « Mais le côté négatif est qu’on a du mal à y accéder, que ce soit en voiture ou en train, même les Allemands nous le disent ».

 

Pour ne pas faire de la CAH un « Finistère alsacien » enclavé, plusieurs solutions sont envisagées, notamment la réhabilitation d’une ligne ferroviaire existante mais actuellement inexploitée. Celle-ci permettrait, vers l’Est, de rallier Haguenau à Karlsruhe en passant par exemple par Oberhoffen, Soufflenheim, mais aussi Rastatt ; et comporterait un versant Ouest pour rejoindre Sarrebruck, en traversant le Val de Moder et Sarreguemines. A double-sens, cette ligne ferroviaire transfrontalière offrirait à la fois des points d’entrée vers les territoires locaux, et des points d’accès aux TGV et aéroports. « C’est un projet d’envergure, un projet ambitieux comme l’Alsace du Nord n’en a pas souvent connu », souligne le Président de la CAH.

 

A plus court terme, la CAH va s’atteler à doter les gares locales de parkings suffisamment grands. Elle affirme son soutien au développement du réseau routier, comme le GCO et le contournement de Mertzwiller, mais également aux transports alternatifs, comme les véhicules électriques en proposant des bornes de recharge. Elle va également continuer, en partenariat avec le Département, à étendre les itinéraires cyclables et pourrait créer un réseau d’axes secondaires pour la circulation douce.

 

Petite enfance et jeunesse

En matière de petite enfance, la CAH se voit attribuer un rôle de coordination.
« Ensemble, peut-on pérenniser un service ou mieux, en créer ? C’est ce qu’on a fait en réussissant à créer 150 places d’accueil en périscolaire sur notre territoire. On a par exemple eu une soudaine et forte demande à Bischwiller et Oberhoffen. Cet accueil doit être augmenté, mais aussi harmonisé selon un schéma communautaire », énonce Claude Sturni. 

 

De plus, la CAH gère actuellement 11 sites de restauration scolaire, et propose plusieurs lignes de transport scolaire élémentaires, notamment sur le territoire de Haguenau et Brumath. Selon l’agenda 2018-2020, la rénovation et la modernisation des écoles devraient se poursuivre. Une étude est également menée sur l’ensemble du territoire de la CAH quant à la volonté d’un retour aux anciens rythmes scolaires, qui semble prévaloir.  

 

« La CAH est compétente pour le scolaire, il était donc logique de poursuivre notre action à la sortie de l’école primaire : nous avons décidé d’acquérir une nouvelle compétence que nous n’avions pas jusqu’à présent : la jeunesse, en ciblant en priorité la tranche d’âge du collège », précise l’élu. 

 

Cela va passer par une démarche participative : les jeunes eux-mêmes vont identifier leurs besoins, avec leur propre regard sur leur territoire. Le 7 avril, les collégiens des 36 communes vont d’ailleurs se retrouver au collège Kléber de Haguenau, pour un Rendez-vous de la Jeunesse. « Ils pourront se découvrir, et nous dire quelles sont leurs attentes. On peut envisager un Conseil intercommunal des jeunes, s’ils en émettent le souhait, mais cela doit venir d’eux », indique encore Claude Sturni. 

 

Pour les plus âgés, tout en poursuivant la valorisation de l’alternance et l’apprentissage, en incitant entreprises et écoles à coopérer, la CAH souhaite renforcer l’offre de formation supérieure, par exemple en créant, avec l’aval de l’Education Nationale, de nouvelles filières à l’IUT de Haguenau ou en développant des classes préparatoires. 

 

Traitement des déchets

Voici un sujet, le seul, qui concerne absolument tout le monde. « Très concrètement, on va donner un accès égal pour tous les habitants de la CAH à toutes les déchetteries du territoire. Mais cela nécessite des travaux, par exemple la déchetterie de Bischwiller doit être agrandie », note l’élu communautaire. De cette manière, lorsqu’un point de collecte serait en travaux, d’autres auraient vocation à le remplacer. 

 

« Il n’est pas nécessaire qu’elles soient toutes pareilles ; par exemple, celle de Haguenau est innovante : les gens peuvent déposer leurs déchets à plat, c’est idéal pour les personnes âgées ou à mobilité réduite. On va également développer les points d’apport volontaire enterrés qui sont plus esthétiques et moins bruyants ». L’idée est aussi d’étendre le type de déchets pouvant être déposés. « On a imaginé des opérations ponctuelles sur une semaine ou un week-end, par exemple pour les pneus, pour éviter les dépôts sauvages comme celui qui vient de se créer près de Wintershouse ». 

 

Une autre évolution potentielle pourrait être l’installation de conteneurs communs à la place des poubelles individuelles dans les nouveaux quartiers à forte densité de population, comme dans la ZAC de la Scierie à Brumath, utilisables grâce à un badge.

Enfin la CAH va travailler en étroite collaboration avec ses voisins, comme la ComCom de la Basse-Zorn pour la collecte des déchets.

 

Connexion et numérique

Autre changement, qui est déjà en train de s’opérer : tout le territoire doit être connecté. « Il ne faut pas qu’une difficulté budgétaire empêche une commune d’acquérir la fibre. La CAH prend donc à sa charge les 175 € par prise qui pouvaient rester à sa charge » explique Claude Sturni.

 

Les 36 communes bénéficieront donc du Très Haut Débit selon un calendrier progressif. L’an passé, Bitschhoffen, Dauendorf, Neubourg, Engwiller, Kindwiller, Uhlwiller et Uhrwiller l’ont accueilli. Cette année, ce sera au tour de Berstheim, Hochstett, Huttendorf, Mommenheim, Morschwiller, Ohlungen, Olwisheim et Wittersheim. Les dernières installations se feront en 2021.

 

Quant à Haguenau, qui en tant que grande métropole relève d’un régime particulier, la fibre a déjà été installée en centre-ville et au sud vers Marienthal, et une 3e tranche se fera cette année.

 

Parce que le numérique est indispensable à une économie tournée vers le futur, la CAH veut également, sur le long terme, accompagner ce changement au sein des PME de « l’économie résidentielle », comme l’artisanat, les services à la personne, et le commerce de proximité.

Les supports numériques vont aussi s’inviter dans les salles de classe, et le télé-travail, ainsi que le e-learning (fait de suivre une formation en ligne) vont être développés.

 

Commerce et entreprises

Concernant les opportunités de développement économique, les élus de la CAH, en partenariat avec la Chambre de Commerce et d’Industrie (CCI), vont délibérer dès ce printemps en vue de créer un Observatoire du Commerce. « Son objectif sera de récolter et partager, à l’échelle communautaire, des éléments factuels pour connaître les forces et faiblesses du territoire : le nombre de commerces, le taux de vacance des cellules commerciales, les difficultés de stationnement… Si un pôle souffre, il faut qu’on le sache », remarque l’élu haguenovien.

 

Il faut aussi que les entreprises se connaissent entre-elles. C’est pourquoi des rendez-vous économiques seront organisés tous les 6 mois. Deux ont déjà eu lieu à Brumath et Bischwiller. 

 

Pour rester attractif, un équilibre doit être trouvé entre PME et grosses entreprises, circuit-court et grande distribution, centres-villes et zones d’activités extérieures. 

Il faut aussi que le territoire soit en mesure d’accueillir les entreprises qui souhaitent s’implanter. Désormais, les 3 pépinières d’entreprises que sont le CAIRE (Haguenau), le Parc des couturiers (Bischwiller) et le Pôle Nouvelle Technologie (Val de Moder) sont gérées par la même équipe. De plus toute jeune entreprise qui passe par leurs locaux, et qui décide ensuite de s’implanter sur le territoire de la CAH, n’aura rien à rembourser.

 

Quant à la concurrence intra-communautaire, dès cette année elle n’existera plus. « Les entreprises paient le même impôt dans les différentes villes de la CAH*. Cette harmonisation ne va pas se faire lentement, mais dès cette année ; et le lissage ne se fera pas vers le haut pour que le taux commun reste attractif », souligne Claude Sturni. (*Il en est de même pour les particuliers, ndlr).

 

Identité culturelle et tourisme

De par l’histoire de l’Alsace et sa position géographique, la CAH souhaite valoriser un
« bilinguisme vivant »,
notamment auprès des jeunes. « On est un territoire beaucoup plus bilingue que d’autres, mais en même temps on constate un recul de la capacité bilingue de génération en génération », relève le Président de la CAH. Pour cela, plusieurs pistes, comme renforcer les échanges scolaires et les formations professionnelles transfrontalières, mais aussi la double reconnaissance des qualifications. 

De manière générale, les atouts du territoire vont être mis en avant, que ce soit à travers des expositions dans des médiathèques, ou même carrément, pourquoi pas, grâce à un grand festival. Deux d’entre eux sont sortis du lot : les forêts, qui couvrent 42% de la surface de la CAH, et les savoir-faire industriels et artisanaux.

 

Les fêtes et traditions locales doivent aussi être préservées, et cela passe par un rayonnement plus grand. «Par exemple, une communication commune pourrait être envisagée pour 3 gros événements qui se déroulent fin août : le Festival Summerlied à Ohlungen, le Festival du Houblon à Haguenau et la Fête des Fifres à Bischwiller», mentionne Anne Constancio, chargée de la communication de la CAH. « Et un Office de Tourisme couvre déjà l’ensemble du territoire, qui travaille en collaboration avec l’Agence Destination Tourisme Alsace », ajoute Claude Sturni.

Les équipements d’accueil devront être développés, notamment pour les camping-cars, mais aussi être écoresponsables.

 

Service public

Comme à chaque création d’une nouvelle entité, la question se pose d’éventuelles suppressions de postes. « Aucune perspective ne va dans ce sens », assure Claude Sturni. « Mais, à l’initiative des Maires, nous allons mutualiser les ressources humaines, par exemple 2 postes à temps partiel dans 2 communes différentes peuvent devenir un temps plein partagé sur des communes différentes, mais sans que baisse la qualité du service public ». 

 

Les équipements aussi pourraient être partagés entre la CAH et les communes, qui pourraient effectuer des achats groupés. Une banque de matériel pourrait voir le jour, destinée aux communes et aux associations du territoire.

 

Et bien d’autres

Bien sûr, ces illustrations ne sont qu’une infime partie de ce qui pourrait, à plus ou moins long terme, voir le jour sur le territoire de la CAH. Car un an, c’est peu pour dresser un 1er bilan et certaines compétences sont encore en passe d’être attribuées, comme au niveau des équipements sportifs ou de l’habitat. « Pour l’instant, les élus ont appris à se connaître dans leurs rôles respectifs, et humainement aussi. Ils ont approfondi leur connaissance du territoire. Maintenant il faut qu’ils aient envie de travailler ensemble, et ce n’est pas en un an qu’on peut vaincre toutes les réticences! Ce qu’on a fait, c’est quand même un Big Bang : on avait 4 territoires bien différents, qu’il a fallu harmoniser. Notre ambition est de développer cet ensemble, ensemble. Pour moi l’important, c’est qu’il n’y ait pas de rupture de services pour les citoyens, que ça fonctionne au moins aussi bien, et ça, c’est une réussite », conclut le Président de la CAH.  


Twitshot
Commentaires

Pas de commentaire


Petites annonces


© 2015-2018 Maxi Flash • Tous droits réservés • Réalisation : Jordel Médias
Plan du siteMentions légales