Maxi Flash Maxi Flash sur Facebook Flux RSS


Brigade de Brumath : le bilan de l’année passée


La brigade territoriale de Brumath, dirigée par l’adjudant-chef Stephan Mayer, étend son activité sur le secteur sud de la Compagnie de Haguenau. 12 communes, dont Brumath, Mommenheim et Geudertheim sont placées sous sa surveillance, ce qui représente une population de 18 500 habitants pour 19 militaires. 

 

Sébastien Brach, Chef d’Escadron commandant la Compagnie de Haguenau, est également le Chef de cette brigade. Ainsi, Compagnie et brigade travaillent de pair, la 1ere renforçant la
2e lorsque le besoin s’en fait sentir. Leurs liens sont quotidiens. 

 

« C’est une brigade qui a beaucoup évolué ces derniers temps » explique Sébastien Brach. « La moitié de l’effectif a été renouvelé au cours des derniers mois. Nous avons vu arriver des personnes avec une autre expérience, un autre regard, qui complètent le groupe avec leurs compétences et savoir-faire ». 

 

Le mois dernier, le Chef de la brigade a dressé son bilan pour l’année 2017.
« Beaucoup de très bonnes choses ont eu lieu cette année. Un gendarme a été félicité pour son action envers une jeune femme désespérée en gare, qu’il a sauvée avant son acte malheureux ».

 

La drogue en mauvaise passe

Dans un tout autre domaine, une action positive a été menée dans la lutte contre le trafic de drogues. « 1 kg de résine de cannabis a été saisi début 2017. L’enquête est en cours et 4 mises en examen ont suivi. Cela nous permet de rappeler que sa consommation est interdite par la loi. Il y a une tendance à conduire sous l’emprise de stupéfiants, et toutes les semaines sur la Compagnie, nous assistons à un dépistage positif. Le trafic de drogues génère une économie parallèle souterraine avec une certaine violence, et nous voulons lutter contre cette présence et ses conséquences. La brigade prend et doit continuer de prendre l’initiative d’aller détecter ces infractions ». 

 

Des victimes qui s’expriment

Cette unité subit par ailleurs une importante délinquance. « Nous constatons quasiment 35% d’augmentation. Les faits de violences physiques enregistrés augmentent également : 21 faits supplémentaires. Il n’y en a peut-être pas plus, mais aujourd’hui les victimes déposent plainte plus facilement. Ceci est dû notamment aux campagnes de sensibilisation contre les violences faites aux femmes ». 

Dans ces cas-là, la gendarmerie ne règle pas seule le problème. « Un gros travail est fait avec une intervenante sociale de la gendarmerie qui prend en charge les conséquences extra-judiciaires d’une affaire de violences intrafamiliale ».

 

Les affaires récemment médiatisées ont eu un impact au sein des gendarmeries.
« Nous avons sensibilisé et formé nos militaires à l’accueil des victimes pour qu’elles ne se sentent pas mises dans une file d’attente, car nous savons qu’il est compliqué de pousser la porte de la gendarmerie. L’idée est de les aider à verbaliser, les accompagner et les orienter vers des associations de victimes qui prennent en charge le volet post-plainte ». 

 

Encore des vols d’opportunité

Certains chiffres sont représentatifs du manque d’attention de certains habitants. «Les atteintes aux biens augmentent :
20 faits de plus cette année. Malheureusement des personnes sont encore victimes de vols par inadvertance ou excès de confiance. Des portes d’entrées non verrouillées, un téléphone portable posé sur le coin d’une table dans un restaurant, un sac à main laissé dans le caddy, le moteur d’une voiture qui tourne lorsque son propriétaire va chercher du pain… C’est très fréquent, et ce sont ce que j’appelle des vols d’opportunité».

 

7 cambriolages de moins en 2017

« Nous avons réalisé un gros travail de prévention en injectant des patrouilles dans les zones sensibles et rurales, faciles pour les malfaiteurs. Dans certaines communes comme Mommenheim, nous développons un dispositif de participation citoyenne. Il s’agit d’informer la population des bons gestes pour prévenir des cambriolages. Nous voulons générer de la solidarité dans le voisinage pour qu’ils n’hésitent pas à signaler un comportement inhabituel. Souvent, des cambriolages sont commis alors que le voisin a vu quelqu’un dans le jardin, mais ne s’en est pas inquiété ».

 

L’opération tranquillité vacances est toujours en place. « Il suffit de se signaler à la gendarmerie lorsque l’on part en vacances, cela nous permet d’orienter nos patrouilles vers ces maisons inoccupées».  L’application Stop Cambriolages est téléchargeable gratuitement et permet à la gendarmerie d’envoyer des alertes aux habitants. 

 

Sensibiliser contre les dangers d’Internet

« 2 à 3 fois par semaine, des faits d’escroquerie ou d’abus de confiance par le biais d’Internet sont signalés. En 2017, nous en avons enregistré 33 de plus ! Parfois, ces arnaques pèsent plusieurs dizaines de milliers d’euros. Certaines personnes sont appâtées par des grosses sommes d’argent facile. Il arrive aussi que des victimes tombent amoureuses d’un arnaqueur qui, après plusieurs semaines, leur demande de leur envoyer de l’argent, ce qu’elles font les yeux fermés ». 

 

Aujourd’hui, la Compagnie de Haguenau est composée d’enquêteurs formés dans les nouvelles technologies. Ils sont capables de gérer les investigations de base, et sont soutenus par des inspecteurs spécialisés de Strasbourg, lorsqu’ils ont affaire à des réseaux organisés. 

 

« Nous développons pour les écoles primaires des Permis Internet. Nous nous rendons dans les classes pour expliquer aux jeunes ce que l’on peut faire ou non sur le web, et à quel moment il faut qu’ils s’arrêtent et qu’ils préviennent leurs parents. C’est aussi aux parents de s’assurer que l’enfant sait utiliser Internet de manière à ne pas être victime d’images violentes ou de mauvaises personnes. En 2017, on compte 12 faits d’outrage ou de diffamation supplémentaires ». 

 

La brigAde poursuit son évolution

«L’objectif principal pour 2018 est de se rapprocher encore plus de notre population pour sentir ses préoccupations et ses attentes. Nous souhaitons développer des liens avec le monde agricole, le tissu socio-économique, les élus, etc, pour avoir une oreille encore plus attentive. Il faut casser cette image du gendarme qui met des amendes, car cela ne représente même pas 5% de notre activité sur le territoire de Haguenau. Ainsi, nous serons encore plus efficaces sur le terrain, et les habitants se sentiront plus proches des gendarmes» conclut le Chef d’Escadron Sébastien Brach.   


Twitshot
Commentaires

Pas de commentaire


Petites annonces


© 2015-2018 Maxi Flash • Tous droits réservés • Réalisation : Jordel Médias
Plan du siteMentions légales