Maxi Flash Maxi Flash sur Facebook Flux RSS


Avec Mike Brandon, isch s’Elsässiche noch nit tot


Originaire de Schweighouse-sur-Moder, Mike Brandon et son humour décalé ont réussi à séduire la jeunesse alsacienne et les générations précédentes. Son dernier clip en alsacien a comptabilisé 85 000 vues en quelques jours seulement, et Mike n’en est pas à son 1er buzz. 
 

Mike, tu es humoriste, musicien, spécialiste des sujets de société, détective presque professionnel dans une webradio, et Alsacien. Quelle chance !
Par où as-tu commencé ? 

Chez moi dans la cave, j’ai un petit squat comme les jeunes de 15 ans. J’ai commencé à faire des petits sketchs. J’ai toujours kiffé tout ce qui est Rémy Gaillard, Lafesse, Baffi, et j’ai remarqué qu’aucune caméra secrète n’avait été faite en Alsace. Je me suis lancé. La 1ère fois c’était dans le magasin But, et je devais marquer un but… On était une bonne quinzaine et quand j’ai marqué on a fait la fête ! Dans la continuité, j’en avais marre d’entendre Papaoutai de Stromae, et j’ai décidé de l’écrire en alsacien, ce qui a créé un mini buzz ! 

 

Quelles sont tes influences musicales ? 

En fait, je parodie les chansons que je n’aime pas… Mais c’est un peu bizarre, parce que j’aime bien les chanter ! Mais Mike Brandon est un hommage à mon père, qui était fan de Mike Brant. Il avait tout le temps le look du personnage : la même coupe, les lunettes, la grosse moustache, les pattes d’éléphant. Et c’était un vrai Alsacien !

 

Nous sommes en 2018 et pourtant ton look et ton état d’esprit viennent tout droit des années 70. Que s’est-il passé ? 

Je viens des années 70 et j’ai été téléporté ! Je devais intervenir absolument, car aujourd’hui on ne peut plus rire de tout. Je suis venu changer tout ça. C’est pour ça que j’ai un humour rentre-dedans. Mais ça va se libérer dans les années à venir. J’ai un côté excentrique, et je représente un peu l’Alsace d’en bas, la Jet Set, tout ça, ça ne m’intéresse pas ! Je veux rester dans cet humour underground. Je veux être populaire, mais pas une star !

 

Comment réussit-on à se faire une place à côté de Kansas of Elsass, Sepi, et Tom Sawyer en Alsace ?

D’après moi, l’Alsace est toujours ramenée à la même chose. Les wurst, la choucroute, la bière, j’en parle aussi bien sûr ! Mais j’ai envie d’utiliser l’alsacien pour parler de sujets de société. J’essaye aussi de toucher tous ceux qui ne se retrouvent pas dans un humour trop « intelligent ». Ceux qui ont besoin de ce côté « rentre-dedans ». 

 

Dans l’une de tes caméras cachées, tu tentes la célèbre « drague au munster ». Je suis curieuse, combien de numéros de téléphone as-tu obtenu, et surtout combien t’ont rappelé ? 

Eh bien 0, à part la meuf qui a mangé le munster ! Elle m’a contacté le soir même, mais c’est une femme mariée, donc je n’ai pas eu son 06 (rires).

 

Dans ton dernier clip, tu parles de la jeunesse alsacienne et de son rapport avec la langue alsacienne. Quelle est ta relation avec-elle ?

Mes parents m’ont éduqué dans la langue alsacienne. Je trouve que c’est important d’en parler, même si je sais que ça va disparaître. Mes enfants me comprennent quand je parle alsacien mais je m’adresse à eux en français. Chacun veut garder ses traditions, mais il ne faut surtout pas les imposer. J’ai fait le choix d’écrire de la musique en alsacien exclusivement, j’ai plus de facilité à parodier dans cette langue. Mais je fais l’effort de sous-titrer toutes mes chansons ! 

 

Pour retrouver ses vidéos, rendez-vous sur Facebook : Les Tubes de Mike Brandon   


Twitshot
Commentaires

Pas de commentaire


Petites annonces


© 2015-2018 Maxi Flash • Tous droits réservés • Réalisation : Jordel Médias
Plan du siteMentions légales