Maxi Flash Maxi Flash sur Facebook Flux RSS


Audi Q8 : la bonne réponse


Après cinq ans de rumeurs et de spéculation, Audi met la dernière main à son Q8, avant d’envoyer ce gros gabarit marcher sur les prestigieuses plates-bandes du BMW X6 et du Mercedes-Benz GLE Coupé.

  

Il faut savoir reconnaître à ses concurrents la primauté de certaines innovations. Lorsque BMW lance le X6 en 2009, la firme bavaroise crée un nouveau segment, celui des grands SUV Coupés, dont les allures agressives renforcent l’aspect sportif. 

 

Le succès est là, mais les autres constructeurs vont prendre le temps avant de lui emboîter le pas. Mercedes attend 2013 pour dévoiler son intention de développer un véhicule coupé multisegment, basé sur la Classe M. À la même époque, il se murmure même que Porsche travaille sur un coupé Cayenne. Dans l’ombre, Audi dépose l’appellation Q8 et fait naître rumeurs et spéculations sur un véhicule qui mettra finalement près de cinq ans à sortir des cartons. C’est lors du Salon de détroit 2017 que les Anneaux ont levé le voile sur un concept Q8 préfigurant sa sortie majeure en 2018.

 

Le roi de la jungle

 

Essentiellement développé comme une version plus brute et plus sportive du Q7, le Q8 emprunte beaucoup de ses repères stylistiques au concept Q8. S’il n’est certes pas aussi radical que celui-ci, les liens de parenté sont évidents. La vaste calandre « singleframe » n’est que légèrement plus petite que celle du concept, confirmant la volonté d’Audi d’offrir à son grand SUV coupé une gueule impressionnante. Les volumes sont larges et la signature lumineuse, si elle s’inscrit dans la continuité des dernières propositions de la firme allemande, avec cette bande arrière qui relie les deux de stop, renforce, par petites touches, l’impression de force dégagée par le Q8. L’arrière ressemble d’ailleurs par certains côtés au Lamborghini Urus, autre SUV Coupé rageur du groupe. L’intérieur reprend la présentation implacable du Q7 en adoptant des sièges plus sportifs et une planche de bord légèrement épurée. 

La richesse de l’équipement est toujours au rendez-vous avec une multitude de fonctionnalités multimédia et, surtout, des aides à la conduite toujours aussi impressionnantes. Au freinage automatique qui se déclenche en cas de collision imminente, le Q8 ajoute une aide au braquage pour les manœuvres d’évitement d’urgence. Le Park Assist gère les remorques ; le régulateur de vitesse adaptatif qui se calait déjà sur la vitesse du véhicule de devant utilise aujourd’hui les données du GPS et optimise son allure en fonction des virages à venir, des ronds-points ou simplement des changements de limitations de vitesse. La direction intégrale renforce encore un peu plus l’infaillibilité du véhicule et les quatre roues directrices confèrent une grande agilité urbaine à ce SUV de près de 5 m.

 

Grand fauve

 

Tout comme le Q7, le Q8 reçoit une gamme de moteurs 4-cylindres et V6. Même si Audi n’a pas encore officialisé les caractéristiques définitives de son nouveau vaisseau amiral, on devrait retrouver le moteur de 2,0 litres à quatre soupapes développant 252 chevaux et le V6 de 3,0 litres qui produit 333 chevaux. En ce qui concerne les moteurs diesel, le TDI de 3,0 litres de 272 chevaux et le V6 de 218 chevaux devraient être de la partie. Une RS Q8 haute performance est également dans les cartons, mais le bloc choisi n’est pas encore connu. 

 

Une version e-tron Q8 est également probable. Ce modèle devrait embarquer un TDI de 3,0 litres et un moteur électrique intégré à la boîte automatique à huit rapports. Ce combo sera vraisemblablement capable de développer 373 chevaux pour une autonomie d’environ 100 km en se reposant uniquement sur le bloc électrique. 

À n’en pas douter, le Q8, dont les tarifs flirteront avec les 80 000 €, sera l’une des grandes stars de l’année.  


Twitshot
Commentaires

Pas de commentaire


Petites annonces


© 2015-2018 Maxi Flash • Tous droits réservés • Réalisation : Jordel Médias
Plan du siteMentions légales